Lorenzo Vigas explore le thème de la paternité dans son film La caja – El Sol de México

Six ans après ses débuts en tant que réalisateur de fiction, Lorenzo Vigas sera de retour à la Mostra de Venise pour présenter son dernier film. La boîte, avec Hernán Mendoza et Hatzín Navarrete, concourra dans la sélection officielle pour le Lion d’or, le prix principal que le réalisateur vénézuélien a remporté en 2016 avec son premier film From there.

« Je suis soulagé par la sélection », déclare Vigas dans une interview à El Sol de México. « Je suis soulagé que gagner un prix aussi important avec votre premier film soit merveilleux, mais cela vous met aussi beaucoup de pression. Vous exigez plus de vous-même, en plus d’avoir les yeux du monde entier sur vous, alors avoir l’invitation à revenir à la compétition est un grand soulagement ».

➡️ Abonnez-vous à notre Newsletter et recevez les notes les plus pertinentes dans votre email

La plus grande joie de présenter cette œuvre à Venise, c’est de le faire depuis la tranchée mexicaine, un pays où il est arrivé il y a 20 ans à l’invitation de Guillermo Arriaga et où il a appris à faire des films.

« J’ai été formé ici en tant que réalisateur, je n’avais rien fait avant et j’avais le rêve de devenir réalisateur lorsque j’ai été invité par Arriaga. C’est là que je suis devenu réalisateur. C’est un cadeau que je fais à un pays qui m’a tout donné, qui a été très généreux et où j’ai appris à faire des films. C’est pourquoi c’est une grande satisfaction de représenter le Mexique ».

Comme son premier album, From There, et le court métrage Los elephantes never forget, La caja prend l’archétype de la paternité comme thème central.

L’histoire suit Hatzín (Navarrete), un adolescent qui est informé que les restes de son père sont dans une fosse commune, il doit donc entreprendre un voyage pour les récupérer. En chemin, il rencontre un homme (Hernán Mendoza), qui a des similitudes avec son père, c’est pourquoi une relation affective commence avec lui.

« Dans ce cas, je voulais approfondir beaucoup plus le besoin pour cet enfant d’avoir le père qu’il n’a jamais eu et de combler ce vide d’affection et de conseils. Et (montrer) comment parfois toute notre vie, les modifications que nous effectuons et nos actions sont déterminées par cette présence ou cette absence que nous avions lorsque nous étions enfants. C’était le thème principal que je voulais reprendre avec ce film », raconte le cinéaste.

Le film est une coproduction entre le Mexique et les États-Unis. Elle bénéficie également d’un financement de l’Etat au travers de l’Incitatif Fiscal Eficine.

Le tournage a eu lieu à Chihuahua, un état qui est un personnage de plus dans l’histoire. « Il semble qu’il soit le plus important avec Hatzín », avoue Vigas. « L’environnement, la présence des maquiladoras au nord, de Creel (la ville de Chihuahuan), la neige, le froid, ces paysages vastes, désolés et en même temps magnifiques, sont ce qui donne au film son caractère. »

Lorenzo Vigas concourra pour le Lion d’or avec Michel Franco, qui est le producteur de La Caja et qui en tant que réalisateur présentera le film Sundown en compétition. « C’est merveilleux. C’est amusant d’être là, tous les deux en compétition avec des films mexicains », dit-il à propos de la coïncidence.

La sélection officielle de Venise comprendra 21 longs métrages. Outre les Mexicains, des films comme La main de Dieu, de Paolo Sorrentino ; La fille perdue, premier long métrage de l’actrice Maggie Gyllenhaal ; Compétition officielle des Argentins Gastón Duprat & Mariano Cohn; Spencer de Pablo Larraín et Parallel Mothers, réalisé par Pedro Almodóvar, qui sera le film d’ouverture.

« Alberto Barbera, le directeur du festival, a déclaré que le niveau de compétition cette année était beaucoup plus élevé que les années précédentes, peut-être parce que la pandémie a incité de nombreuses personnes à ne pas vouloir faire la première l’année dernière », a déclaré Lorenzo Vigas.

« C’est pourquoi je me sens plus chanceux d’être dans l’équipe nationale, car le niveau et la qualité sont très élevés. Et être là avec le drapeau mexicain est la grande joie que j’ai ».

Le Festival international du film de Venise se tiendra en personne du 1er au 11 septembre. Bong Joon-ho, réalisateur sud-coréen lauréat de l’Oscar pour Parasites, sera le président du jury auquel participera également Chloé Zhao, réalisatrice de Nomadland pour lequel il a remporté l’Academy Award.

Share