L’UE se tire dans les pieds avec un projet – Un député européen brise la couverture pour admettre « plus de mal que de bien! » | Monde | Nouvelles

Macron dénonce les attitudes «défaitistes» utilisées envers l’UE

Et Raffaele Fitto, coprésident des groupes conservateurs et réformistes européens (ECR), a également pris un coup contre les «fédéralistes» qui, selon lui, conservaient l’ambition de créer un «super-État européen». La Conférence sur l’avenir de l’Europe, conçue par le président français Emmanuel Macron, vise à fournir une «feuille de route» pour l’UE à l’aide de larges consultations avec ses citoyens.

M. Fitto, son coprésident Ryszard Legutko et les dirigeants du parti conservateur Jarosław Kaczyński (PiS, Pologne), Giorgia Meloni (FdI, Italie) et Santiago Abascal Conde (Vox, Espagne), se sont rencontrés hier à Varsovie pour discuter du projet.

Plus précisément, ils se sont engagés à défendre l’idée d’une Europe des nations exempte de « bureaucratie inutile et de nouveaux transferts de souveraineté à Bruxelles », a expliqué un communiqué de l’ECR publié aujourd’hui.

Ils ont également annoncé leur intention de poursuivre les pourparlers, avec la possibilité d’une déclaration commune précisant leur position.

Emmanuel Macron s’adresse à la Conférence à Strasbourg (Image : UE)

Ursula von der Leyen

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne (Image : GETTY)

S’exprimant après la réunion, M. Fitto a déclaré: «Nous, les conservateurs qui voulons préserver nos démocraties nationales, sommes préoccupés par le fait que la Conférence sur l’avenir de l’Europe, organisée par les institutions européennes, ne soit pas encadrée de manière impartiale et simplement utilisée comme une autre occasion de promouvoir la gauche. idées d’aile et l’agenda fédéraliste habituel de formation d’un super-État européen.

« Nous sommes ouverts à participer à ce débat, mais appelons les dirigeants politiques de la Conférence à prendre plus au sérieux l’équilibre politique.

« Sinon, la Conférence échouera et apportera plus de discorde que de bien à l’Europe. »

JUST IN: L’Écosse exhorte Boris à enfreindre les règles du Brexit pour aider les citoyens de l’UE

Conférence Strasbourg

Emmanuel Macron, Ursula von der Leyen et d’autres lors de l’événement (Image: UE)

M. Fitto a souligné : « Notre idée de l’Europe est différente de celle des fédéralistes : nos valeurs communes défendent la famille en tant que fondement de la société, l’intégrité souveraine de l’État-nation, l’opposition au fédéralisme de l’UE et un respect renouvelé de la véritable subsidiarité. , ainsi que la liberté de l’individu et une plus grande responsabilité démocratique. »

À ce titre, il a souligné la nécessité d’une « immigration effectivement contrôlée » ainsi que de mettre fin à « l’abus des procédures d’asile ».

Il a ajouté : « Nous considérons ces objectifs comme raisonnables et demandons qu’ils soient également pris en compte. »

Parallèlement, M. Legutko a déclaré : « Les limites des compétences de l’Union européenne sont fixées par le principe d’attribution : toutes les compétences non attribuées à l’Union appartiennent aux États membres.

A NE PAS MANQUER
La police s’en prend au président français avec un rassemblement de protestation sans précédent [POLITICS]
« Une règle pour eux ! » Macron attaqué pour une « infraction » à la pêche française [VIDEO]
Macron honteux alors que Biden gifle l’initiative de paix de la France à Gaza [PICTURES]

Raffaele Fitto

Raffaele Fitto, co-président du groupe ECR (Image : GETTY)

Ryszard Legutko

Ryszard Legutko est l’autre coprésident du groupe ECR (Image: GETTY)

Il est clair pour nous que nous devons dire: Jusqu’ici et pas plus loin

Ryszard Legutko

« Nous pensons que le consensus doit rester le moyen de base pour parvenir à une position commune au sein de l’UE.

«Ces dernières années, nous avons vu le spectre politique du Parlement européen se déplacer davantage vers la gauche.

« Nous avons besoin d’une renaissance conservatrice, comprenant une équipe formidable et unie pour défendre ces valeurs qui définissent nos nations, nos sociétés et notre continent.

« Il est clair pour nous que nous devons dire: jusqu’ici et pas plus loin. »

Emmanuel Macron

Fiche d’information d’Emmanuel Macron (Image : Express)

S’exprimant lors de l’événement inaugural de la Conférence à Strasbourg le 9 mai, M. Macron a déclaré : « Nous devons être honnêtes sur le fait que la Conférence n’est pas une panacée ou une solution à tous les problèmes.

« Et nous devons écouter toutes les voix – qu’elles soient critiques ou complémentaires – et nous assurer que nous suivons correctement tout ce qui est convenu.

« Mais je pense que cette Conférence est une réelle opportunité de rassembler les Européens et de se rassembler autour d’une ambition commune pour notre avenir à l’image des générations précédentes.

« Et nous ne devrions pas non plus sous-estimer le pouvoir de bien qu’il pourrait faire – pour les personnes individuellement et pour la société dans son ensemble. »

Guy Verhofstadt

Guy Verhofstadt, le critique fréquent du Brexit, est un ardent défenseur de l’initiative (Image: GETTY)

Il a ajouté : « Le fait est que l’UE doit être ce que les Européens veulent qu’elle soit.

« Bien sûr, le début de la Conférence n’est pas le moment de prédire ou de prescrire des résultats. Mais il y a certaines dichotomies et problèmes que nous devrions essayer de résoudre.

« Par exemple, certains pensent que l’Europe est trop proche et trop impliquée dans leur vie. Pour d’autres, il est trop éloigné ou trop détaché.

«C’est l’occasion pour les Européens de contribuer à trouver le bon équilibre.»

Share