L’UEFA se joint au boycott britannique contre les abus sur les réseaux sociaux

29/04/2021 à 20:14 CEST

Daniel Guillen

La plus haute instance européenne, UEFA, ajoute à boycott sur les réseaux sociaux contre les abus discriminatoires initiés par différentes organisations britanniques, y compris la Football Association et la Premier League. Il cessera ses activités à partir de 15h00 vendredi prochain jusqu’à 23h59 le lundi de la semaine suivante..

Le président de l’UEFA, Aleksander & Ccaron; efferin, a montré son soutien absolu: “Il y a eu des abus à la fois sur le terrain et sur les réseaux sociaux. Ceci est inacceptable et doit être stoppé avec l’aide des autorités publiques, des législateurs et des géants des réseaux sociaux. Permettre à la culture de la haine de se développer en toute impunité est dangereux, très dangereux, non seulement pour le football, mais pour l’ensemble de la société “.

Dans ce sens, le représentant de l’organisation a encouragé toutes les institutions à soutenir la décision: “Le moment est venu pour le football de s’exprimer et j’ai été impressionné par la solidarité manifestée par les joueurs, les clubs et les parties prenantes.”. “J’exhorte tout le monde, joueurs, clubs et fédérations nationales, à présenter des plaintes formelles chaque fois que des joueurs, entraîneurs, arbitres ou managers sont victimes de tweets ou de messages inacceptables”, a-t-il déclaré.

Joueurs et clubs, avec un soutien institutionnel

L’augmentation des commentaires racistes et des abus discriminatoires sur les réseaux sociaux a fait exploser des joueurs, des clubs et des institutions. Des organisations comme Fédération anglaise, Premier League, English Football League, FA Women’s Super League ou FA Women’s Championship Ils ont rejoint le boycott qui aura lieu ce week-end.

De nombreux joueurs de Premier League Ils fermeront leurs comptes Facebook, Twitter ou Instagram pour protester contre ce fléau qui s’est amplifié ces derniers mois. La mesure vise à devenir un appel au réveil pour que les grandes entreprises technologiques et différentes organisations gouvernementales se mobilisent et limiter cette tendance.

L’UEFA se joint au boycott britannique contre les abus sur les réseaux sociaux

29/04/2021 à 20:14 CEST

Daniel Guillen

La plus haute instance européenne, UEFA, ajoute à boycott sur les réseaux sociaux contre les abus discriminatoires initiés par différentes organisations britanniques, y compris la Football Association et la Premier League. Il cessera ses activités à partir de 15h00 vendredi prochain jusqu’à 23h59 le lundi de la semaine suivante..

Le président de l’UEFA, Aleksander & Ccaron; efferin, a montré son soutien absolu: “Il y a eu des abus à la fois sur le terrain et sur les réseaux sociaux. Ceci est inacceptable et doit être stoppé avec l’aide des autorités publiques, des législateurs et des géants des réseaux sociaux. Permettre à la culture de la haine de se développer en toute impunité est dangereux, très dangereux, non seulement pour le football, mais pour l’ensemble de la société “.

Dans ce sens, le représentant de l’organisation a encouragé toutes les institutions à soutenir la décision: “Le moment est venu pour le football de s’exprimer et j’ai été impressionné par la solidarité manifestée par les joueurs, les clubs et les parties prenantes.”. “J’exhorte tout le monde, joueurs, clubs et fédérations nationales, à présenter des plaintes formelles chaque fois que des joueurs, entraîneurs, arbitres ou managers sont victimes de tweets ou de messages inacceptables”, a-t-il déclaré.

Joueurs et clubs, avec un soutien institutionnel

L’augmentation des commentaires racistes et des abus discriminatoires sur les réseaux sociaux a fait exploser des joueurs, des clubs et des institutions. Des organisations comme Fédération anglaise, Premier League, English Football League, FA Women’s Super League ou FA Women’s Championship Ils ont rejoint le boycott qui aura lieu ce week-end.

De nombreux joueurs de Premier League Ils fermeront leurs comptes Facebook, Twitter ou Instagram pour protester contre ce fléau qui s’est amplifié ces derniers mois. La mesure vise à devenir un appel au réveil pour que les grandes entreprises technologiques et différentes organisations gouvernementales se mobilisent et limiter cette tendance.