Márquez reconnaît que « ce type de chutes réduit la confiance »

25/06/2021 à 18:23 CEST

.

L’Espagnol Marc Márquez (Repsol Honda RC 213 V) a subi une grave chute lors de la deuxième séance d’essais du Grand Prix MotoGP des Pays-Bas, très similaire à celle qu’il a subie en 2020 à Jerez, et a reconnu que « nous, les pilotes Honda, avons beaucoup de « côté élevé » et cela enlève votre confiance, car vous ne savez pas quand vous retomberez de cette façon. »

« Nous devons essayer d’éviter cela à tout prix car c’est là que le pilote peut se blesser et j’essaie de travailler et de comprendre, en donnant mes commentaires, pour qu’ils améliorent l’électronique, ce qui est un point important si nous voulons continuer à nous améliorer , » il dit. Marquez.

« L’électronique est celle qui nous libère de ce type de chutes, à moins que vous ne vous penchiez beaucoup ou que vous fassiez un mouvement avec le corps qui ne se touche pas, mais cela n’a pas été le cas car la roue a dérapé et rien ne m’a arrêté. ne m’ont pas arrêté et c’est là que je pousse beaucoup pour m’améliorer pour l’avenir », déclare avec inquiétude le pilote Repsol Honda.

« Je me sens chanceux d’être sorti indemne d’une chute comme celle-ci, car ils sont du genre à vous blesser lorsque vous volez dans les airs, mais la vérité est que j’ai bien roulé jusqu’au point de la chute et le matin je l’avais pris calmement et dans l’après-midi j’allais faire un pas en avant, j’allais vite mais à ce moment-là je ne m’attendais pas à tomber car c’est une de ces courbes dans lesquelles tous les pilotes de MotoGP vont contre l’électronique », explique-t-il Marquez.

« J’ai essayé de ne pas déraper avec la roue arrière, sans couper l’accélérateur, car si vous le faites normalement, vous passez par l’air et j’ai essayé de faire agir l’antipatinage pour récupérer le dérapage, mais il n’a pas agi , et c’est à ce moment-là que je suis parti voler », se souvient le pilote Repsol.

Concernant la chute, il énumère que « plus que dans les airs, j’ai pensé quand j’étais sur le gravier ; ça faisait un peu mal et j’ai essayé, d’abord mon bras, puis ma jambe, c’est ce qui m’a fait le plus mal, mais J’ai vu qu’il ne s’agissait que de coups et même si demain je serai un peu meurtri, j’ai la chance d’être indemne et ce ne sera pas un problème pour le week-end. »

Quant à l’électronique, Marc Márquez a écarté une défaillance de son électronicien, Jenny Anderson car « à Jerez 2020 il n’y avait pas Jenny, parce que j’ai travaillé chez KTM, et nous donnons de nombreuses directions pour essayer de travailler. Je suis un pilote qui a toujours aimé contrôler l’accélérateur et l’électronique rend un peu difficile d’être précis à 100 pour cent. »

« Elle voit d’autres problèmes – se référant à Jenny – et essaient d’aider et petit à petit ils forment une belle équipe entre Jenny Oui Carlo, qui sont l’électronique de mon côté de l’atelier, avec les japonais, pour améliorer ce genre de chose, car j’ai déjà dit que c’est une chute ça… Parfois tu tombes parce que tu freines plus ou tu rentres plus vite et ça est une erreur humaine, mais tombe comme celle d’aujourd’hui que l’électronique doit vous sauver », souligne-t-il. Marc Marquez.

« Je ne suis pas en colère, car je ne me fâche contre personne. Je suis inquiet, car c’est l’une des choses au niveau de la sécurité pour les pilotes Honda que nous devons améliorer et si nous l’améliorons, nous gagnons en confiance et nous pouvons aller plus vite. Je sais que le HRC fait tout son possible pour s’améliorer, mais il y a des points qui nous échappent », explique le chef d’équipe Repsol Honda.

De manière générale et en référence à votre situation physique, Marc Marquez Il s’est rassuré en précisant que « dès le premier instant où je suis monté sur la moto, le médecin a dit que j’avais la même possibilité de me casser un bras ou l’autre bras. Sinon, il ne me laisserait pas monter sur la moto ».

« Il m’a dit que je manquerais de force et que j’aurais de l’inconfort, mais que l’os était tout aussi raide que celui de l’autre bras. C’est vrai que l’os à l’intérieur n’est pas consolidé à 100 %, mais au niveau du cal. ça tient beaucoup », continuez à ce sujet.

« Cette année, j’ai fait deux fortes chutes, celle de Jerez et celle-ci, mais pour le moment je suis indemne et c’est important et cela vous soulage, car je ne veux même pas penser à une autre blessure », dit-il. Marc Marquez.

Share