Mathias Döpfner revient sur ses plans pour Paywall chez Politico

Photo de Bernd von Jutrczenka – Piscine/..

Axel Springer PDG Mathias Döpfner est revenu sur ses commentaires de la semaine dernière sur les plans d’installation d’un paywall chez Politico, qu’Axel Springer a acquis ce mois-ci.

Axios a signalé ce développement pour la première fois jeudi, citant l’audio qu’il a reçu d’un appel à l’échelle de l’entreprise avec des employés de Politico jeudi.

Au cours de la partie questions-réponses, lorsqu’on lui a demandé si un mur payant serait installé, Döpfner a déclaré : « La réponse est non. Absolument pas. Aucune décision n’a été prise. Ma réponse était honnêtement très malheureuse. C’etait mon erreur. »

Politico est actuellement gratuit, bien qu’il propose des services d’abonnement pour une couverture spéciale de certaines industries telles que le secteur du lobbying.

« La réponse immédiate : implémentez-vous un mur payant ? J’ai dit non, mais j’ai expliqué à quel point le contenu payant est important pour nous et j’y crois », a déclaré Döpfner. « C’est en fait la principale raison pour laquelle nous avons acquis Politico parce qu’il était tellement basé sur un modèle d’abonnement. »

Döpfner a fait remarquer qu’un mur payant devrait être appelé « contenu payant ou abonnements … parce que je pense vraiment – à part le mur de Berlin – qu’il s’agit d’une psychologie négative. Wall exclut les gens ou garde les gens en prison et ce n’est pas ce que nous devrions faire. C’est une offre, donc en général, quelque chose de positif.

« Que ce soit concrètement dans le cas de Politico, le B to C [business to consumer] une partie de l’entreprise doit être soit en partie par abonnement, soit entièrement par abonnement, c’est quelque chose dont nous aimerions discuter avec vous et soyez assurés – nous ne le ferions jamais – si nous avions pris la décision ou pensons que nous devrions prendre la décision, l’annoncer publiquement avant de vous parler. Notre approche serait de vous demander ce qui vous semble juste », a-t-il déclaré.

Döpfner a également déclaré : « En gros, vous décidez et nous en discuterons avec vous et si vous avez de bonnes raisons de ne pas le faire, nous ne le faisons pas et si vous voulez l’essayer, nous l’essayons, mais aucune décision n’a été prise. et c’était juste à cause de ma communication peu claire à ce sujet … Je ne peux pas blâmer le Wall Street Journal pour cela, seulement moi.

Une astuce que nous devrions connaître ? conseils@mediaite.com

Share