Mattia Binotto ne fait pas une « grosse affaire » des luttes de Carlos Sainz

Le patron de Ferrari, Mattia Binotto, tient à ne pas réagir de manière excessive au manque de rythme frustrant de Carlos Sainz au Grand Prix des Pays-Bas.

Habituellement un personnage dynamique dans le paddock, Sainz était tout sauf après avoir franchi la ligne P7 à Zandvoort.

Plutôt que d’être satisfait de ses points, l’Espagnol a plutôt déclaré qu’il ne s’était jamais senti aussi lent dans une course auparavant, exhortant Ferrari à trouver des réponses avant leur prochaine course à domicile, le Grand Prix d’Italie.

Binotto, cependant, pense qu’il ne faut pas faire un gros problème des problèmes de Sainz, suggérant que son manque de rythme et ses difficultés avec le grainage des pneus pourraient être dus au temps de piste perdu plus tôt dans le week-end de course.

L’Espagnol avait chuté lors de la FP3 samedi.

« Oui c’est vrai. Maintenant, nous allons regarder les données de télémétrie, nous contrôlerons la configuration », a déclaré Binotto à Sky Italia à propos des difficultés de Sainz.

« Parfois, ce ne sont que de petites différences pour générer un peu plus ou moins d’usure des pneus. Il n’était pas complètement à l’aise – n’oublions pas qu’il a perdu la FP3, il a perdu des moments utiles en piste avant les qualifications et la course.

« Donc je n’en ferais pas une grosse affaire, sa course était solide aussi. C’est dommage pour le dernier tour [when he was passed by Fernando Alonso]. Maintenant, nous allons voir pourquoi nous avons eu ces différences.

Habillez-vous aux couleurs de Ferrari via la boutique officielle de la Formule 1

C’était un doublé pour Ferrari à Zandvoort alors que Charles Leclerc a remporté la 5e place un week-end lorsque la Scuderia a étendu son avantage en P3 au championnat des constructeurs à 11,5 points sur McLaren.

Leclerc n’était pas non plus très satisfait de sa course, déçu de ne pas avoir trouvé de moyen de dépasser Pierre Gasly pour la P4, mais Binotto réfléchit au Grand Prix des Pays-Bas avec positivité.

Surtout si l’on considère à quel point Zandvoort était exigeant sur les pneus, donnant à Binotto des flashbacks sur la triste performance de Ferrari plus tôt dans la saison au Paul Ricard.

« Je l’ai lu positivement dans l’ensemble », a déclaré Binotto.

« Je pense que la piste présentait un gros écueil, celui de l’usure des pneus. Du fait de l’énergie, ces virages à moyenne et grande vitesse sont similaires au Paul Ricard, donc le risque de se retrouver dans cette situation où l’on démarre puis perd du terrain était élevé.

« Nous avons chaussé les pneus durs dans le deuxième relais exactement pour nous assurer d’arriver à la fin avec un seul arrêt au stand. Donc dans l’ensemble, je suis heureux. Nous avons dit aussi avec les pilotes que nous ne prenons pas de risques, nous essayons de ramener les points nécessaires pour le classement des constructeurs. Donc pas de risques de conduite et pas de risques de stratégie.

« Et donc je la juge comme une course positive car elle était très solide.

« Charles a très bien conduit. À un moment donné, nous avons aussi essayé de pousser Pierre Gasly à faire le pit-stop, en simulant les deux pit-stops. Il est entré dans les stands parce qu’il avait Alonso derrière. Pour nous, c’était l’occasion de le mettre sous pression.

« Je pense que l’équipe a bien travaillé, avec les limites de la voiture d’aujourd’hui. Pour cela, je juge positivement cette course.

Share