« Maverick a gagné samedi mais les points sont partagés dimanche »

27/06/2021 à 15h18 CEST

Adrià Léon

Le quatrième est arrivé. Fabio Quartararo il n’a trouvé aucune opposition de son partenaire Maverick Viñales et cela mène encore plus aux vacances d’été. ‘El Diablo’ s’en sort mieux que son coéquipier et il n’a eu qu’à vaincre la Ducati de Francesco Bagnaia -ce qui n’a pas été facile- pour être couronné premier français de l’histoire de la catégorie reine qui s’impose dans la cathédrale du motocyclisme.

Le pilote Monster Energy Yamaha a établi un rythme très soutenu en tête, tandis que Maverick était coincé à la quatrième place après Pecco et Nakagami. Ces mêmes, ont fini par céder plusieurs positions en faveur de Viñales, Mir et Zarco, deuxième au général après Quartararo.

Le leader du championnat a célébré la victoire en jouant au golf, même si ce n’était pas comme prévu. « C’était une journée difficile, très chaude. C’était difficile pour moi de dépasser Pecco. Celui de Yamaha, étonnamment, a reconnu avoir souffert physiquement à Assen. « Ce week-end j’ai eu des problèmes avec mon bras droit et j’ai eu peur pour la deuxième partie de la course. Je pense qu’avec mon bras j’aurais pu perdre trois dixièmes par tour, même si au final je n’en avais pas besoin. Maverick a gagné samedi, mais les points sont partagés dimanche. » Fabio a terminé.

Après lui, Maverick Viñales est entré un peu plus de deux secondes. Le partenaire de boxe a réussi à lui couper une seconde et demie dans le dernier quart de la course, mais cela n’a pas suffi pour atteindre Quartararo. « Je ne sais pas ce qui m’est arrivé avec l’embrayage au début, on aurait dit qu’il était brûlé. Ensuite, je me suis retrouvé coincé avec Nakagami… Je n’avais aucune vitesse pour le dépasser. Quand j’ai pu rouler seul et à l’aise avec le vélo, Fabio s’était déjà beaucoup échappé. Je n’ai pas pu couper tout ce dont j’avais besoin », a commenté Maverick assez bouleversé malgré le podium.

La dernière marche du podium est revenue à l’actuel Champion du Monde Joan Mir, qui est revenu de la dixième place pour marquer 16 points. « Je ne pouvais pas faire plus. Notre rythme était constant mais, comme toujours, nous avons raté le meilleur tour lors des essais libres et des qualifications. » Zarco et Oliveira ont mis la pression sur Suzuki, mais personne n’a pu battre Joan. Rins non plus, qui a subi une mésaventure avec Zarco au départ et est allé à la queue. « J’ai hâte de quitter cette partie de la saison parce que cela a été très difficile, mais le podium est très agréable. Nous voulons nous déconnecter et revenir en force avec la deuxième partie du championnat. »

Share