Même Global X veut émettre un ETF bitcoin ⋆ Crypto new media

Hier, Global X Digital Assets a déposé une demande auprès de la SEC pour émettre un ETF bitcoin.

Selon le document soumis à la SEC, l’ETF s’appellera Global X Bitcoin Trust et sera négocié sur la bourse Cboe.

Le fiduciaire sera Global X Digital Assets et la Bank of New York Mellon sera le fiduciaire et l’agent de transfert.

Le nom du dépositaire de la BTC n’a pas encore été spécifié, car la Fiducie sera obligée de les acquérir et de les détenir en garantie des actions émises, mais Global X indique qu’il s’agira d’une société de fiducie à but limité agréée par le New York Département d’État des services financiers.

Global X Digital Assets est un gestionnaire de fonds statutaire basé au Delaware, à New York, et une fiducie créée à la mi-juillet de cette année. Elle est également affiliée à Global X Management Company, également connue sous le nom de Global X, et à Mirae Asset Global Investments, qui est basée à Séoul, en Corée du Sud, et gère plus de 560 milliards de dollars d’actifs dans le monde.

Le document précise :

« L’objectif d’investissement de la Fiducie est de refléter la performance du prix du bitcoin moins les dépenses d’exploitation de la Fiducie. La Fiducie ne cherchera à refléter la performance d’aucun indice de référence ou de référence ».

Avec cela, il devrait y avoir 13 demandes en cours d’examen par la SEC pour enfin émettre un ETF bitcoin sur les marchés américains également.

En fait, paradoxalement, il existe déjà des ETF qui reproduisent le prix du BTC sur les marchés financiers, mais pas aux États-Unis, qui ont étrangement pris du retard cette fois.

La SEC craint que, compte tenu de la taille énorme des marchés financiers américains, le marché relativement petit du bitcoin puisse être manipulé de manière à exploiter les ETF à des fins de spéculation astucieuse afin de siphonner des fonds de manière illicite, en particulier auprès de petits investisseurs de détail.

Le marché du bitcoin est toujours très différent de celui d’autres actifs plus traditionnels, et il semble également plus manipulable. Il est possible que de nombreux investisseurs particuliers ne soient pas prêts à opérer de manière suffisamment informée sur ce marché, et étant donné qu’un ETF servirait à attirer des milliers, voire des millions d’investisseurs particuliers, les risques imaginés par la SEC pourraient être réels.

Cependant, le fait que des dérivés similaires existent déjà sur d’autres marchés financiers traditionnels, principalement le marché canadien, devrait être un précédent intéressant à utiliser comme base pour comprendre s’ils sont réellement utilisés pour manipuler le marché.

Share