in

Mike Conley condamne ses ex

La rébellion des Grizzlies a été touchée et coulée, comme elle a été chantée sauf miracle, lors du deuxième match de leur série contre les Jazz au Tennessee : 113-120 et 3-1 désormais pour ceux de Quin Snyder, qui doivent transpirer contre un adversaire qui est pure énergie positive mais qu’ils ont apprivoisé une situation compliquée après le 0-1 du départ. Et ils l’ont fait dans le style Jazz, avec leur incontestable performance collective, le rythme d’attaque qui leur a donné le meilleur équilibre de toute la NBA : 127 points en moyenne sur trois victoires consécutives, le dernier presque définitif. Demain, ils pourront fermer le ticket pour le deuxième tour (où ils ne sont pas arrivés la saison dernière) de retour à Salt Lake City. Son rival semble à nouveau être les Clippers. Les deux, Jazz et Clippers, ont remporté leurs deux matchs à l’extérieur après s’être vus sans facteur à domicile. Gérable (1-1) dans le cas du premier, terrifiant (0-2) dans celui de Los Angeles. Les favoris répondent.

Avec un immense mérite mais moins de ressources, les jeunes Grizzlies ont déjà un pied en vacances où ils iront avec le sourire jusqu’aux oreilles. Ils ont montré qu’ils sont très en avance sur leur courbe de croissance, que leur reconstruction a été un succès énorme et manifeste et qu’ils pourront se reposer la tête pleine de bons présages. Les Jazz sont tout simplement trop rivales en ce moment, et il n’y en a plus. Le mérite de Taylor Jenkins et de son équipe est d’être toujours là, profitez de chaque fissure, prenez des vies supplémentaires de votre poche. Cette fois, ils ont ramé tout au long de la seconde mi-temps, fait le caoutchouc et ont eu des options jusqu’aux dernières minutes. Ils ont mis fin précisément à l’un des joueurs les plus importants de l’histoire de la franchise: Mike Conley, dans son ancienne maison, a marqué deux triples fondamentaux au quatrième quart, dans une séquence au cours de laquelle la rébellion des grizzlies est décédée, de 104-106 à 5: 30 de la fin à 106-116, un partiel clôturé avec un triplé définitif de Bogdan Bogdanovic après un rebond offensif (spécialité maison) d’O’Neale.

La résistance des locaux a réchauffé le jeu et les tribunes, en colère contre les arbitres et contre certains Jazz qui ne sont pas éblouissants dans la cravate mais font le boulot, étant mieux. Donovan Mitchell a terminé avec 30 points et 8 passes, Rudy Gobert avec 17 et 8 rebonds et Jordan Clarkson a ajouté 24 points depuis le banc, 10 presque de suite à la fin du troisième quart, où une voie navigable importante a été ouverte (87-100) sous l’impulsion des Grizzlies. Qui, pourtant, a de nouveau réagi. C’est De’Anthony Melton, un héros du village qui a dégringolé en seconde partie de saison, qui a fait bouger les choses là où cela semblait impossible quelques minutes auparavant, de 87-100 à 106-109 avec 15 des 19 points des Grizzlies rejoints. par Melton. LLes griffes ont agacé mais n’ont pas renversé le Jazz, qui a sorti la tête grâce à ce sang-froid de Conley (53% en triples dans la série) ils savent si bien à Memphis. Ja Morant a terminé avec 23 points, 6 rebonds et 12 passes décisives et Brooks et Jackson Jr avec 21 chacun. Les Grizzlies ne sont pas si loin derrière le Jazz, mais ils sont assez loin. C’est les séries éliminatoires.

Tout savoir sur les changements de puissance, les clés pour économiser sur la facture d’électricité dès aujourd’hui | Vie

García Bragado qualifié pour ses huitièmes Jeux Olympiques