Miser sur les compétences: légalité des sports de fantaisie en ligne en Inde

sports fantastiques en ligneHeureusement, les tribunaux indiens se sont montrés proactifs pour dissiper les idées fausses courantes et ont catégorisé à juste titre les sports de fantaisie en ligne comme des «jeux de compétences». (Image représentative)

par Rajshree Sharma,

Le lancement de la 14e édition de la Premier League indienne (IPL) ne manquera pas de raviver l’intérêt réglementaire pour les sports de fantaisie en ligne en Inde. Moins d’une semaine après le lancement de l’IPL 2021, la National Payments Corporation of India (NPCI) a annoncé une interdiction des transactions UPI inférieures à 50 INR sur les plates-formes de jeux. La réduction vise apparemment à réduire les transactions à faible volume, qui auraient augmenté pendant les matchs IPL, sans doute à cause de personnes effectuant des transactions sur des plates-formes de jeux en ligne telles que Dream 11, Mobile Premier League et Howzat. La (apparente absence de) légalité des plateformes de sports fantastiques en ligne, qui parrainent divers franchisés de jeu dans la ligue très populaire, a été largement mal comprise, associée aux préoccupations morales et optiques entourant les jeux en argent réel.

Rallier pour les chiffres

À l’échelle mondiale, l’Inde se classe parmi les cinq premiers marchés du jeu en ligne avec une base d’utilisateurs estimée à plus de 365 millions. La jeune population du pays, associée à l’accès à des smartphones bon marché, en fait un pari passionnant pour les sociétés de jeux en ligne, avec une croissance annuelle attendue à un impressionnant 40%. En 2019, Dream11 est devenue la première société de jeux en ligne en Inde à faire partie du très convoité “ club licorne ”, de startups évaluées à plus d’un milliard de dollars. Alors que de telles estimations de la croissance actuelle et future stellaires brossent un tableau lucratif pour les investisseurs et les entrepreneurs, l’exploitation d’une plate-forme de sports fantastiques en ligne est parsemée de défis qui dépassent la portée des chefs de produit enthousiastes ou des directeurs de marketing proactifs.

Courtiser les ennuis

Au cours des 5 dernières années, les entreprises de sports fantastiques en ligne ont connu un flux constant de litiges, dont la majorité concerne l’implication d’argent réel sur de telles plateformes. Prenons le cas de Varun Gumber, qui a déposé une requête civile intitulée “ Varun Gumber contre le territoire de l’Union de Chandigarh et Ors. ”, Devant la Haute Cour du Pendjab et de l’Haryana contre Dream11. Selon le cas du pétitionnaire, il s’était inscrit sur Dream11 et avait transféré un montant de 50000 INR / – sur son compte pour participer à diverses ligues de sports fantastiques exploitées sur la plate-forme. Il a formé deux équipes de cricket et de football, plaçant respectivement un montant de 24 000 INR / – et 26 000 INR / – sur la victoire des équipes. Cependant, les deux équipes ont perdu leurs matchs, et il en a perdu la quasi-totalité en un très court laps de temps de 2 jours. Dans sa pétition devant la Haute Cour, Gumber a allégué que la plate-forme n’était pas basée sur les compétences, mais sur le hasard et, par conséquent, enfreignait les dispositions du Public Gambling Act, 1867 (PG Act). Des plaidoyers similaires ont par la suite été déposés devant d’autres tribunaux du pays, alléguant que les plateformes de sports fantastiques qui impliquent l’utilisation d’argent réel constituent des paris ou des jeux de hasard.

L’insécurité juridique pour les entreprises de sports de fantaisie en ligne est en outre mise en évidence par une divulgation révélatrice sur le site Web de Dream11, qui déclare: «Les lois de l’Assam, de l’Andhra Pradesh, de l’Odisha, du Telangana, du Tamil Nadu, du Nagaland et du Sikkim ne sont pas claires sur les joué pour une taxe. Par conséquent, les résidents de ces États ne sont pas autorisés à participer à des concours en espèces sur Dream11. » Alors que la loi archaïque PG est la seule loi centrale qui traite des jeux d’argent en Inde, les «paris et jeux d’argent» relèvent de la liste des États, ce qui signifie que les exigences de conformité varient d’un État à l’autre.

À titre d’exemple, la loi de 2008 sur les jeux en ligne (règlement) du Sikkim est la première réglementation introduite partout en Inde qui traite des jeux en ligne. Cette loi avait introduit un régime d’octroi de licences obligatoires pour les fournisseurs de «jeux en ligne», entre autres, mais elle a été par la suite modifiée pour réduire son champ d’application aux salons de jeux physiques et aux jeux en ligne hébergés sur un intranet dans l’État. De même, Nagaland a introduit la loi de 2015 sur l’interdiction du jeu et la promotion et la réglementation des jeux d’adresse en ligne, qui classe entre autres les sports virtuels, les jeux de sélection d’équipe virtuelle et les jeux de ligue fantastique de sport virtuel comme des “ jeux d’adresse ”, distincts des paris ou jeux d’argent. D’autre part, par le biais d’un amendement en 2017, l’État du Telangana a apporté deux changements importants; il a ajouté «le jeu en ligne contre de l’argent ou tout autre enjeu» dans la définition du «jeu», et a inclus le «jeu de compétences» au sens de «parier ou parier». Cet amendement interdit effectivement dans l’État toutes les formes de jeux en ligne impliquant de l’argent, qu’il s’agisse de jeux d’adresse ou de hasard.

Jeu, set, légal

D’après les affaires présentées contre diverses hautes cours, il semble y avoir un malentendu courant selon lequel les sports de fantaisie en ligne sont des jeux de hasard, et qu’aucune compétence significative n’est requise pour y jouer puisque les participants parieraient sur le résultat d’un match hors ligne en temps réel. Heureusement, les tribunaux indiens se sont montrés proactifs pour dissiper les idées fausses courantes et ont catégorisé à juste titre les sports de fantaisie en ligne comme des «jeux de compétences». Dès 1957, la Cour suprême de l’Inde, dans l’affaire «RMD Chamarbaugwalla contre Union of India», avait établi une double méthode pour distinguer les sports des paris / paris sur la base de leur nature prédominante; premièrement, où le succès du joueur dépend de manière significative de son habileté, et deuxièmement, même là où il y a un élément de hasard, le succès dans la compétition repose principalement sur les habiletés du ou des joueurs. À titre d’exemple, considérons les jeux de serpents et d’échelles et de ludo, tous deux basés sur le lancement de dés par les joueurs, devenant apparemment des jeux de hasard. Cependant, dans les serpents et les échelles, un joueur n’a aucune agence en termes de mouvement – le joueur doit déplacer le nombre obtenu et subir les conséquences des mouvements. Alors que même dans une partie de ludo, un joueur déplace le nombre obtenu, comment et où le joueur se déplace est basé sur un choix stratégique basé sur les compétences fait par le joueur. Par conséquent, même si les deux jeux ont un élément de hasard, le succès ultime dans le ludo dépend en grande partie du jugement d’un joueur basé sur ses compétences, maîtrisé sur une période de temps.

Dans la jurisprudence indienne, les jeux purement basés sur le hasard ont été absorbés dans le sens du jeu ou des paris, et sont largement interdits dans les États. Dans le même temps, la loi de 2015 sur l’interdiction du jeu de hasard et la promotion et la réglementation des jeux d’adresse en ligne du Nagaland est la seule loi du pays à définir les “ jeux de hasard ” et les “ jeux d’adresse ”, et ce dernier est défini comme comprenant «Tous ces jeux où il y a prépondérance de la compétence sur le hasard, y compris lorsque la compétence est liée à l’élaboration de stratégies sur la manière de placer des paris ou de placer des paris ou lorsque la compétence réside dans la sélection d’équipe ou la sélection d’actions virtuelles sur la base d’analyses ou lorsque la compétence se rapporte à la manière dont les mouvements sont faits, que ce soit par le biais du déploiement d’habiletés physiques ou mentales et de perspicacité ». Compte tenu de ce contexte, il semble y avoir un consensus parmi les tribunaux jusqu’à présent sur le fait que les sports de fantaisie en ligne sont des “ jeux d’adresse ”, même la Cour suprême refusant d’intervenir contre la décision de la Haute Cour du Pendjab dans l’affaire Varun Gumber. Par ailleurs, même si de nouvelles décisions réglementaires, comme celle de NPCI, imposent des limites aux plateformes de sports fantastiques en ligne, elles constituent un pas vers une plus grande régularisation et apportent une clarté opérationnelle aux plateformes.

Problèmes de suivi

Malgré les décisions de justice favorables, il est évident que les sociétés de sports de fantaisie en ligne ont choisi d’opérer du côté de la prudence. Compte tenu des défis optiques et moraux liés à l’argent dépensé en ligne pour les jeux, les publicités entre les matchs IPL sont suivies d’avertissements sur le jeu impliquant des risques monétaires potentiels. Mobile Premier League, l’un des grands noms de l’espace, est allé plus loin et a conçu sa campagne avec le slogan «Hai Akal, Toh Khelo MPL». L’accent évident sur la nature basée sur les compétences de la plate-forme est presque un déni de responsabilité pour les demandeurs de publicité qui cherchent à traîner l’entreprise en justice pour des préoccupations erronées de paris.

Compte tenu de l’incertitude réglementaire persistante, il est peu probable que les décisions de justice favorables offrent un quelconque réconfort aux entreprises de sports fantastiques en ligne. Tout en rejetant une pétition contre l’une des principales plates-formes, la Haute Cour du Gujarat a ordonné au gouvernement de l’État, entre autres, d’examiner si les plates-formes conduisaient au blanchiment d’argent ou violaient les lois régissant les changes. Pour les entreprises opérant dans cet espace, l’incertitude réglementaire et les litiges potentiels devraient se poursuivre.

(L’auteur est un criminaliste basé à Delhi, exerçant à la Haute Cour de Delhi. Les opinions exprimées sont personnelles et ne reflètent pas la position ou la politique officielle de Financial Express Online.)

Obtenez en direct les cours des actions de l’ESB, de la NSE, du marché américain et de la dernière valeur liquidative, du portefeuille de fonds communs de placement, consultez les dernières nouvelles des introductions en bourse, les introductions en bourse les plus performantes, calculez votre impôt par calculateur d’impôt sur le revenu, connaissez les meilleurs gagnants du marché, les meilleurs perdants et les meilleurs fonds d’actions. Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et rester à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour de Biz.