Moins anti-carbone, plus pro-UE – The Financial Express

émission de carbone, émission nette zéro, changement climatiqueL’UE a élaboré des plans ambitieux pour passer à une économie à faibles émissions de carbone.

Par Anirban Ghosh

Les moussons battent leur plein. Contrairement à avant, il y a quelques jours de très fortes pluies et de nombreux jours de pluie faible ou nulle. Les cas de très fortes pluies mettent à rude épreuve la résilience des infrastructures urbaines. Il y a quelques jours, une grande station de pompage à Mumbai a été inondée et l’approvisionnement en eau d’une grande partie de la ville a été interrompu pendant plus de 24 heures. Dans la lointaine Allemagne, des épisodes de pluie exceptionnellement intenses ont provoqué d’importantes inondations. Le changement climatique est là et la pression pour décarboner et atteindre les objectifs de l’Accord de Paris est énorme.

L’UE a élaboré des plans ambitieux pour passer à une économie à faibles émissions de carbone. L’un des outils qu’elle a adoptés est la tarification du carbone. Le système d’échange de quotas d’émission, en place depuis un certain temps déjà, a déjà eu un impact positif. Il semble qu’un nouveau régime de tarification du carbone, plus intense, réduira encore les émissions dans les industries européennes. Mais le nouveau système devrait rendre les produits européens plus chers. Cela pourrait augmenter les importations qui coûtent moins cher, mais qui ont des émissions intégrées plus élevées. Cela soulève également la possibilité que la fabrication européenne se déplace vers des juridictions où les réglementations sur le carbone ne sont pas strictes et où le coût de fabrication est inférieur.

Bien qu’un article de la Carbon Pricing Leadership Coalition de la Banque mondiale montre que la tarification du carbone a un impact marginal sur la compétitivité, l’UE envisage un mécanisme de compensation élaboré appelé Mécanisme d’ajustement aux frontières du carbone (CBAM) dans le cadre de son Green Deal. En termes simples, l’UE ajoutera une taxe sur le carbone au prix des biens importés de pays où le carbone incorporé est plus élevé que ce qui est disponible au sein de l’UE. Les estimations indiquent que si le CBAM est appliqué à tous les biens couverts par l’ETS, jusqu’à 16 milliards de dollars d’exportations de pays en développement vers l’UE pourraient faire face à une charge supplémentaire.

On s’attend à ce que le CBAM empêche les fuites de carbone dans l’UE. Alors qu’un document de la CNUCED (bit.ly/3hTZzq6) montre qu’une combinaison d’une taxe carbone au sein de l’UE et de la CBAM atteindra cet objectif, il montre également que l’impact supplémentaire de la CBAM sur la décarbonisation sera marginal. Alors qu’un prix du carbone domestique potentiel de l’UE de 44 $ sur toutes les émissions réduit ses émissions mondiales de 13% – et de 21% dans le cas d’un prix du carbone de 88 $ – l’introduction du CBAM n’ajoute que 0,8 à 1,3 point de pourcentage supplémentaire. Cela fait du CBAM moins un outil de réduction des émissions de carbone qu’un outil permettant d’uniformiser les règles du jeu pour le commerce avec l’UE. Le document de la CNUCED mentionne ensuite quelques autres conséquences du CBAM. Il montre que la CBAM réduira le commerce de l’UE avec d’autres régions tout en augmentant le commerce intra-UE. Il mentionne également que les importations en provenance des pays en développement diminueront tandis que les exportations de l’UE augmenteront. L’impact réel variera d’un pays à l’autre en fonction principalement d’un accident historique : le mélange de sources utilisées pour produire de l’électricité dans un pays.

Les grands pays en développement comme l’Inde seront désavantagés car la prépondérance du charbon comme source d’énergie ne changera pas très rapidement même s’il dispose du plus grand programme d’énergie renouvelable au monde. CBAM réordonnera l’attractivité des nations comme source d’importation. Dans le cas de l’acier, la Chine et la Russie seront confrontées à des taxes plus élevées que la Turquie et l’Inde qui, à leur tour, seront moins bien loties que la Thaïlande et le Vietnam.

La CBAM devrait entraîner des pertes de revenus dans de nombreux pays, notamment l’Australie, l’Inde et la Serbie, tandis que les effets sur les revenus sont positifs dans les pays exemptés de la CBAM. Cela est en corrélation avec l’augmentation prévue du chômage dans les pays dont les exportations vers l’Union européenne sont dominées par les produits confrontés à l’ABC tels que le Kazakhstan, la Serbie et la Bosnie-Herzégovine, l’Arabie saoudite et l’Ukraine, ainsi que les pays d’Afrique du Nord et d’Asie centrale.

La CBAM ayant une décarbonisation marginale par rapport à une taxe carbone de l’UE et des conséquences négatives sur l’équité, en termes de commerce, de revenus et d’emploi, il y a lieu de rechercher des solutions alternatives qui permettent de mieux atteindre l’objectif principal de la décarbonation.

Une externalité positive possible du CBAM, si sa mise en œuvre est approuvée, est la probabilité d’une adoption accélérée de technologies telles que l’hydrogène propre dans les pays où les émissions sont élevées. Il est juste de se demander si un mouvement concerté pour permettre la faisabilité économique de l’hydrogène propre, des énergies renouvelables et du stockage de batteries en agrégeant la demande et en tirant parti des économies d’échelle pourrait avoir plus d’impact du point de vue de la décarbonisation et avoir des externalités négatives moindres que le CBAM.

L’auteur est directeur du développement durable, Mahindra Group
Les vues sont personnelles

Obtenez les cours boursiers en direct de l’ESB, de la NSE, du marché américain et de la dernière valeur liquidative, du portefeuille de fonds communs de placement, consultez les dernières nouvelles sur les IPO, les meilleures introductions en bourse, calculez votre impôt à l’aide de la calculatrice de l’impôt sur le revenu, connaissez les meilleurs gagnants, les meilleurs perdants et les meilleurs fonds d’actions du marché. Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et rester à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour de Biz.

Share