« Mon respect a toujours été maximum »

13/10/2021 à 13:41 CEST

Marc Escola

L’ancienne entraîneure de basket-ball féminin, Lucas Mondelo, a rompu son silence dans une interview à El Mundo pour se défendre contre allégations d’abus par deux des joueurs les plus importants de sa carrière d’entraîneur. Elles sont Marta Xargay et Anna Cruz, pièces maîtresses du schéma de Mondelo, qu’après le différend de la Jeux Olympiques de Tokyo Il a été gravement accusé de traitement humiliant et il a été immédiatement licencié après près d’une décennie de grands succès pour l’équipe nationale.

L’entraîneur catalan, après quelques jours de réflexion, a décidé de porter plainte contre ses anciens élèves et le FEB (Fédération Espagnole de Basketball), pour lequel il s’est senti maltraité en prenant position contre lui sans aucune preuve. Il demande sa réintégration, car il considère que les motifs de son licenciement sont nuls. « La FÉV et Jorge Garbajosa ils ont violé mes droits fondamentaux, quelque chose de très grave chez quelqu’un qui occupe un poste de pouvoir. »

« A tout moment, il prend le parti d’un ancien joueur dans des accusations très graves, sans preuves, sans me consulter ni me demander. Il a utilisé tout le pouvoir médiatique de la FEB pour détruire ma réputation et mon image publique. Je ne méritais pas ça. traitement de l’une des manières », a-t-il fait remarquer Mondelo dans l’interview avec le journal espagnol.

« Jamais pendant toutes les années que j’ai été dans l’équipe nationale espagnole ou à Koursk, je n’ai été informé d’aucune plainte d’un joueur. Mon respect pour mes joueurs a toujours été maximum. Je ne pouvais pas croire ce que je lisais, je a été très surpris et blessé. Marta Xargay Elle a été l’une des joueuses les plus proches et avec plus de « sentiment » que j’ai eu « , a-t-il déclaré. Mondelo sur le ’10’ de la sélection.

Il a également salué sa relation avec Anna Cruz: « Pour moi, elle a toujours été une joueuse fétiche, je lui ai donné toutes les couilles compromises. Et elle a toujours répondu, elle ne m’a jamais fait défaut. Je ne sais pas ce que j’ai fait pour mériter ces dégâts », a-t-il souligné à propos des accusations d’abus psychologique par la femme de Barcelone.

Au détriment du jugement

Mondelo et FEB se rencontreront le 24 novembre, date fixée par le juge pour trancher l’affaire. « Ils m’ont accusé d’actes très graves. Tout sera vu devant un juge. Ils m’accusent d’abus continus et c’est très grave, quand il y a des femmes qui sont vraiment maltraitées. Ces fausses accusations non seulement me nuisent, mais aussi à beaucoup de femmes qui souffrent. Je suis très clair que je vais reverser une grande partie de l’argent que je peux obtenir à des associations de femmes battues ».

La FEB a justifié le licenciement en se prévalant de la clause de « non-atteinte des objectifs sportifs & rdquor;, mais Mondelo Il ne partage pas cet avis et est convaincu qu’il exigera sa réintégration après l’issue de la justice.

Pour le moment, le technicien a déjà reçu le soutien du Dynamo Koursk, le club russe où ils se sont rencontrés Xargay. L’entité, selon le document établi par son directeur général, Viktoriia Sgonnikova, affirme que les services médicaux n’ont décelé aucun problème de santé chez le joueur et seront auprès de l’entraîneur en cas d’éventuelles représailles.

Share