in

Nadal commence en toute sécurité

01/06/2021 à 23h45 CEST

Jaume Pujol-Galceran

11 octobre 2020 Rafael Nadal a quitté le Philippe Chatrier avec la Coupe des Mousquetaires à la main. Ce jour-là, il a donné une leçon à Novak Djokovic (6-0, 6-2, 7-5).

Ce mardi, 233 jours plus tard, il a de nouveau foulé le centre de Roland Garros avec la même solvabilité pour inscrire la première victoire d’une course de sept matchs à la recherche du 14e titre à Paris et du 21e Grand Chelem de sa carrière. Sa première victime, la 101e sur cette piste magique, fut l’Australien Alexei Popyrin par 6-3, 6-2 et 7-6 (7-3). Novak Djokovic a également fait ses débuts avec la solvabilité dans le match qui a clôturé la soirée pour battre l’Américain Tennys Sandgren 6-2, 6-4 et 6-2. Le numéro 1 ne voulait pas non plus de surprises à ses débuts dans le Phlippe Chatrier où il est reparti avec de mauvais souvenirs il y a sept mois.

Nadal a marché sur sa maison avec des idées très claires sur la façon d’affronter le géant australien, 21 ans et 1,96 mètre, numéro 63 mondial, qu’il connaissait déjà en le battant à Madrid (6-3, 6-3).

Popyrin, un puncheur, le style des nouvelles générations, qui soutient son jeu dans un service puissant et des coups plats, n’a pu que maintenir le pouls avec jusqu’à 3-3, mais dès que le Majorquin a arraché le service (5-3), l’Australien s’est effondré donnant sept matchs consécutifs à 4-0 dans le deuxième set.

Nadal a imposé son rythme sans donner d’options, presque pas d’erreurs, très solide de coups, avec des échanges longs et efficaces, avec lesquels il a fait fondre les quelques espoirs de son jeune rival qui, des jours auparavant, avait déclaré qu’il savait “comment battre Rafa & rdquor;.

Deux « balles posées » contre

Popyrin a voulu le montrer dans le troisième set, plus sous pression. L’Australien a brisé le service de Nadal (4-2) et a eu deux balles de set pour lui arracher le set. La réaction du Majorquin fut expéditive. Ce n’était pas pour les surprises. Avec 5-2 contre, Nadal a réussi à forcer le « tie-break » qui a marqué 7-3 pour certifier la victoire, après 2 heures et 23 minutes.

“Je n’étais pas un adversaire à l’aise au départ, mais j’ai fait du bon travail. La première” pause “a été importante pour s’échapper sur le tableau d’affichage et jouer plus calmement”, a déclaré Nadal, reconnaissant avoir souffert dans le troisième set “pour avoir perdu le service. , bien que je l’aie résolu à la fin & rdquor;. Quelques difficultés qui lui ont permis de sentir qu’il est sur la bonne voie face au défi marqué à son agenda en rouge en finale le 13 juin..

Roublev, un rival de moins

Une route encore longue et avec une possible demi-finale contre Djokovic, qui était un peu plus propre hier avec l’élimination du Russe Andrei Rublev (7e Coupe du monde et son bourreau à Monte-Carlo), avec qui il aurait pu se croiser en quarts de finale, mais qui est tombé face à l’Allemand Jan Lennard Struff 6-3, 7-6 (8-6), 4-6, 3-6 et 6-4.

Demain, le jour où il aura 35 ans, Nadal affrontera une vieille connaissance de l’ancienne génération au deuxième tour, éternelle promesse française, comme Richard Gasquet. La première fois qu’ils se sont rencontrés, c’était à l’âge de 12 ans à Tarbes dans le tournoi Petit As promesses où le Français l’a battu au troisième set, mais sur les 16 fois qu’ils se sont rencontrés sur le circuit, il n’a jamais pu battre Nadal.

María Sorté raconte comment elle a appris l’agression de son fils, Omar García Harfuch

VOTRE ARGENT : Pourquoi investir dans des fonds indiciels ou des fonds internationaux est une stratégie intelligente