Natation | Jeux Olympiques : Dressel remporte le 100 libre et grimpe à l’Olympe de la natation

Aux Jeux de Rio 2016, L’Américain Caeleb Dressel était le plus jeune du quatuor 4×100 mètres nage libre ce leader Michael Phelps. Il a pleuré comme un enfant lorsqu’il a récupéré sa médaille d’or dans cette épreuve et le mythe de la natation a dû le consoler. Dressel a réussi à contester la fin du 100 libre, mais il y avait un autre nageur plus jeune que lui, l’Australien de 18 ans Kyle Chalmers. Puis une rivalité s’est ouverte dans l’épreuve reine de la natation qui prépare des chapitres inoubliables. Cinq ans plus tard, c’est l’Américain qui a inscrit son nom dans la relation qui comprend des mythes tels que Johnny Weismuller, Mark Spitz, Matt Biondi ou Alexander Popov. Ils n’ont été séparés que de six centièmes dans une course au scénario plus dense qu’on ne le pense.

Dressel et Chalmers ont deux manières différentes d’aborder le 100 mètres. L’Américain, pur-sang sprinteur, a une posture incomparable. La puissance au départ de la perche, son plongeon à la recherche des angles d’entrée dans l’eau les plus efficaces et la nage sous-marine bousculant les 15 mètres réglementaires lui donnent, en général, une demi-longueur d’avance sur tout autre rival, ce qui lui vaut son poids en or. . Dressel ouvre l’eau dans toutes les courses et ses 50 premiers mètres sont irrésistibles.

Chalmers répond à un autre schéma. Très puissant également, ce fils de footballeur professionnel australien, sport qu’il n’a jamais écarté comme son avenir, répartit son effort d’une autre manière. Moins explosive, elle réalise néanmoins le tour le plus rapide sur 50 mètres. Cette vertu lui a donné l’or à Ro, mais depuis lors, cela n’avait pas suffi à vaincre Dressel. Aux Coupes du monde 2019, l’Américain s’est imposé avec la meilleure marque de l’histoire avec un maillot de bain textile (46,96) et l’Australien, qui était sur le point de rattraper son retard, a fait de son mieux (47,08).

A Tokyo, ils se sont de nouveau affrontés en finale, mais cette fois avec autres co-stars qui ne se sont pas résignés à des rôles secondaires, tels que Kliment Kolesnikov russe, qui avait été le plus rapide en demi-finale (47.10), Le prodige roumain de 16 ans David Popovici, qui dans la récente jnior nad européenne à 47.30, ou le L’italien Alessandro Miressi (47,46).

Dressel a appliqué sa feuille de calcul et s’est fait remarquer dès qu’il a refait surface après le départ, mais Kolesnikov lui a collé. Chalmers ne pouvait pas rester trop tard, et les trois chancelaient au rythme de 50 mètres, avec l’Américain premier (23,39), le Russe à un dixième et Chalmers, à un rythme rapide pour lui, à 32 cents.

Après le virage, dans lequel Dressel est revenu pour obtenir des performances sur ses adversaires, l’Australien a commencé à aplanir les différences, dépassant le Russe, il a atteint la hauteur de l’Américain avec dix mètres à faire. La course semblait penchée en sa faveur, mais oh l’américain a fait ce que tout sprinteur est obligé de faire, oublie qu’il y a de l’air et se comporte comme un être totalement amphibie. Il ne tourna pas la tête pour prendre un dernier souffle, ce que son corps lui demanderait sûrement, mais son instinct le refusa. Ainsi, il a pu prendre les derniers coups sans donner un centième et Il a atteint le panneau de chronométrage avec un temps de 47,02, un record olympique, suffisant pour surpasser Chalmers, qui a répété son meilleur temps de tous les temps (47,08) après avoir bouclé quelques secondes 50 mètres en 24.37. Kolesnikov Il n’a pas pu s’approcher de son temps en demi-finale, mais son temps de 47,44 lui a valu le bronze.

Dressel rencontre les titres mondiaux et olympiques, quelque chose qui ne s’est pas produit depuis qu’Alexander Popov l’a fait pour la dernière fois., et est en passe de réaliser une importante récolte d’or à Tokyo en comptant sur les relais de son pays. En sortant de la piscine, elle serra Chalmers dans ses bras. Des rivaux féroces dans l’eau qui garantissent de nouveaux épisodes haute tension dans la riche histoire du Free 100.

CLASSEMENTS

Finales

Hommes

800m libre

1. Finke (États-Unis), 7 : 41,87 ; 2. Paltrinieri (États-Unis), 7 : 42.11 ; 3. Romanchuk (UCR), 7 : 42,33 ; 4. Wellbrock (ALE), 7 : 42,68 ; 5. McLoughlin (AUS), 7 : 45 ; 6. Frolov (UCR), 7 : 45.11 ; 7. Auboeck (AUS), 7 : 49,14 ; 8. Costa (BRA), 7 : 53.31.

200 m brasse

1. Stubblet-Cook (AUS), 2, 06.38 (record olympique); 2. Kamminga (PBA), 2 : 07.01 ; 3. Mattson (FIN), 2 : 07.13 ; 4. Chupkov (RUS), 2 : 07,2 ; 5. Fink (États-Unis), 2 : 07,93 ; 5. Wilby (GBR), 2 : 08.19 ; 7. Ryuya (JAP), 2 : 08,42 ; 8. Persson (SUE), 2 : 08.88.

100m libre

1. Dressel (États-Unis), 47.02 ; 2. Chalmers (AUS), 47.08; 3. Kolesnikov (RUS), 47,44 ; 4. Grousset (FRA), 47,72 ; 5. Hwang (CRS), 47,82 ; 6. Miresi (ITA), 47,86 ; 7. Popovici (RUM), 48.04 ; 8. Németh (HUN), 48.10.

Femmes

200 m papillon

1. Yufei Zhang (CHN), 2: 04.86 (record olympique); 2. Smith (États-Unis), 2 : 05.30 ; 3. Flickinger (États-Unis), 2 : 05,65 ; 4. Kapas (HUN), 2 : 06,53 ; 5. Chimrova (RUS), 2 : 07,70 ; 6. Liyan Lu (CHN), 2 : 07,85 ; 7. Thomas (GBR), 2 : 07,90 ; 8. Throssell (AUS), 2 : 09.48.

4×200 gratuit

1. Chine (Tang, Tang, Zhang, Li), 7 : 40,33 ; 2. États-Unis (Schmitt, Madden, McLauglin, Ledecky), 7 : 40,73 ; 3. Australie (Titmus, McKeon, Wilson, Neale), 7 : 41,29 ; 4. Canada, 7 : 43,77 ; 5. Russie, 7 : 52,15 ; 6. Allemagne, 7 : 53,89 ; 7. Hongrie, 7 : 56,62 ; 8. France, 7 : 58.15.

Share