Natation | Jeux Olympiques : Hugo Gonzlez : « J’essaye de créer ma propre bulle »

Hugo Gonzlez et frica Zamorano plongent entre dimanche et le lundi en piscine avec des objectifs différents. Le nageur madrilène, triple médaillé européen, débutera avec le 100 m dos, bien que sa date finale soit dans la finale du 200 m le 30 juillet.

« J’aime baser ma performance sur les marques que je fais, plus que dans les postes », confie Hugo lors de la conférence de presse convoquée par le COE. « Je vis ces jours avec une grande illusion et que l’attente ait été de cinq ans, l’envie a augmenté ».

L’arrivée à la piscine n’a produit aucun trac« Venons-en avec de grandes attentes », explique Zamorano, l’un des quatre nageurs de San Andreu qui participent à l’épreuve olympique. « Comme cette année il n’y avait pas de public, nous pensions que c’était beaucoup plus grand, mais ce n’est pas autant imposant et c’est un moment clé que la piscine ne vous diminue pas. Tout est très bien et l’installation n’est pas grande. Nous allons être très à l’aise. » « C’est une bonne piscine », confirme Hugo.

Les distinctions d’un garçon qui concourt déjà régulièrement aux championnats des États-Unis, ils commencent à être lus dans les forums des grandes publications, également parmi les meilleurs nageurs du monde, mais Hugo l’esquive. « Je reste dans ma bulle et j’essaie de ne pas savoir ce que les gens ont dit. Quand c’est à mon tour d’écouter les gens, que ce soit après le test et pas avant. »

Travailler en dehors de la piscine

Le travail hors de l’eau, ignoré pendant des décennies, c’est ce qui permet le plus de couper ces temps. « Hace 80 aos slo se entrenaba el agua. Pero ahora la natacin se est entendiendo que son atletas que no slo se puede mejorar en la piscina. Un buen trabajo de pesas, de core nos va a ayudar aa nadar con ms fuerza. Creo que c’est fondamental ». Dans le même ordre d’idées, le milieu de terrain espagnol Il ajoute que son travail à sec est principalement « un travail en circuit. Dans mon club, nous avons trois groupes. Les sprinteurs se concentrent davantage sur les poids pour les muscles. Les médiols se combinent et les coureurs de longue distance font 40 minutes d’exercice continu pour gagner en capacité aérobie. « .

Share