Ne nuisons pas à l’avenir solaire de l’Inde

Les panneaux solaires haut de gamme sont une condition préalable à un marché solaire de classe mondiale.Les panneaux solaires haut de gamme sont une condition préalable à un marché solaire de classe mondiale.

L’Inde a annoncé l’installation de plus de 100 GW d’énergie renouvelable. Cet exploit était considéré comme impossible il y a quelques années et est le résultat de plus de 10 ans de travail sur un cadre d’appel d’offres innovant, une résolution efficace des différends et une disponibilité facile des terres grâce au modèle de parc solaire. L’Inde se classe au troisième rang des pays les plus attractifs dans la récente enquête d’EY sur les énergies renouvelables et est l’une des destinations d’investissement les plus prisées dans cet espace.

Le succès de notre augmentation de capacité et la réalisation de notre objectif ambitieux de 450 GW dépendent de notre capacité à fournir un rendement stable au capital mondial et au financement bancaire indien. Les panneaux solaires haut de gamme sont une condition préalable à un marché solaire de classe mondiale. Malheureusement, au cours des derniers mois, l’approche du gouvernement pour mettre à disposition des panneaux solaires de haute qualité a été incohérente et déroutante.

Plus tôt cette année, le gouvernement avait introduit la liste approuvée des modèles et des fabricants (ALMM) de modules solaires photovoltaïques et a obligé tous les fabricants à se constituer avant de vendre sur le marché indien. Le ministre a confirmé que l’intention déclarée de l’ALMM est d’avoir des panneaux « fabriqués en Inde », empêchant ainsi les importations chinoises. Cela a créé une grande incertitude dans les futurs plans d’augmentation de capacité des développeurs de projets.

En termes d’échelle et de technologie, la capacité de fabrication de l’Inde est actuellement insuffisante pour alimenter ses cibles renouvelables. Depuis des années, la plupart des fabricants indiens opèrent dans un environnement protégé, leur capacité étant affectée à des programmes de subventions gouvernementales où les panneaux indiens sont obligatoires. Les fabricants indiens n’ont pas l’échelle pour fournir les 10 000 MW d’ajouts annuels de capacité à l’échelle des services publics qui ont été prévus en Inde. Le recours aux seuls fabricants indiens entraînerait des contraintes d’approvisionnement immédiates. L’éléphant dans la pièce est de la qualité des panneaux indiens. Il y a eu plusieurs cas de dégradation significative des panneaux solaires dans les 4 à 5 ans suivant la mise en service lorsque des panneaux indiens ont été utilisés. À grande échelle, cela pourrait s’avérer catastrophique pour la stabilité du réseau électrique indien.

De plus, alors que les acteurs chinois sont à la pointe de la technologie et sont passés aux panneaux haut de gamme de 540 à 590 watts crête (Wc), les Indiens sont à peine capables de fabriquer des panneaux de 440 à 450 Wc. Ces panneaux bas de gamme nécessitent plus d’espace et augmentent les coûts de câblage et de structure hors panneau, augmentant ainsi les coûts du projet. Cela se traduit par un coût de projet plus élevé, que les consommateurs d’électricité finissent par payer.

La stipulation ALMM crée également des défis dans la planification de projets à grande échelle. La planification et la mise en service de la plupart des projets prennent entre 18 et 24 mois à compter de la date de l’appel d’offres. La plupart des développeurs s’associent avec de grands fournisseurs avant l’appel d’offres et planifient leur installation sur la base d’une technologie de pointe ; dans certains cas, une technologie qui n’est pas encore lancée. Les fabricants mondiaux ont un horizon de 10 ans et planifient en conséquence. Dans le cadre de l’ALMM, le fabricant indien doit créer une usine, fabriquer des échantillons de modules, obtenir la certification BIS, puis demander l’ALMM, ce qui lui-même devrait prendre 6 à 8 mois. Cela crée une incertitude sur le calendrier de disponibilité des modules pour les développeurs qui souhaitent planifier leur approvisionnement au stade de l’offre. Une situation ridicule est apparue dans laquelle les soumissionnaires soumissionnent à l’aveugle en s’associant à des fabricants indiens qui n’ont même pas innové sur les nouvelles installations nécessaires pour fabriquer les panneaux engagés 18 à 24 mois plus tard.

Dans des sous-secteurs tels que les PPA sur les toits et les tiers, le gouvernement semble également désireux de rendre l’ALMM obligatoire. Ce serait peu judicieux car les développeurs de ces zones opèrent avec des contraintes d’espace dans les locaux des clients et ont besoin de panneaux à haute efficacité pour fermer leurs affaires. Travailler avec des panneaux indiens à faible efficacité donne des conceptions sous-optimales, ce qui pourrait éloigner les clients de l’énergie solaire. En outre, la concession de panneaux solaires importés est une grande opportunité commerciale pour les petits et moyens commerçants. L’ALMM entraînerait la faillite d’un grand nombre d’acteurs du marché.

L’ALMM doit être reconfiguré. Les fabricants chinois et asiatiques devraient être autorisés à installer librement des usines en Inde afin que nous puissions accéder à leur technologie. Les fabricants devraient recevoir une ALMM « provisoire » afin que leur usine ne reste pas inactive pendant que BIS et ALMM sont attendus. L’ALMM peut progressivement s’appliquer aux sous-secteurs solaires, laissant le temps à la capacité de fabrication de l’Inde de rattraper la demande. Une approche holistique est nécessaire et le nationalisme ne doit pas entraver notre sécurité énergétique.

L’auteur est le PDG d’Oakridge Energy, un développeur d’énergie solaire sur les toits

Obtenez les cours boursiers en direct de l’ESB, de la NSE, du marché américain et de la dernière valeur liquidative, du portefeuille de fonds communs de placement, consultez les dernières nouvelles sur les IPO, les meilleures introductions en bourse, calculez votre impôt à l’aide de la calculatrice de l’impôt sur le revenu, connaissez les meilleurs gagnants, les meilleurs perdants et les meilleurs fonds d’actions du marché. Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et rester à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour de Biz.

Share