Négociations de l’ALE Inde-EAU : un allégement des droits de douane probable pour les secteurs à forte intensité d’emplois

L'ALE devrait porter le commerce bilatéral de marchandises à 100 milliards de dollars en cinq ans après la signature du pacte, contre environ 43 milliards de dollars au cours de l'exercice 21.  Il vise également à plus que doubler le commerce bilatéral des services à 15 milliards de dollars au cours de cette période.L’ALE devrait porter le commerce bilatéral de marchandises à 100 milliards de dollars en cinq ans après la signature du pacte, contre environ 43 milliards de dollars au cours de l’exercice 21. Il vise également à plus que doubler le commerce bilatéral de services à 15 milliards de dollars au cours de cette période.

L’Inde est en pourparlers avec sa troisième destination d’exportation, les Émirats arabes unis, pour un accès au marché en franchise de droits pour des produits allant des pierres précieuses et des bijoux et des textiles et des vêtements à certains produits d’ingénierie comme l’acier dans le cadre d’un projet d’accord de libre-échange (ALE), ont déclaré des sources. FE. Ce serait le premier ALE à être signé par l’Inde en un peu plus d’une décennie.

Pour empêcher toute utilisation abusive des avantages de l’ALE et freiner les entrées illégales potentielles de marchandises chinoises via une plaque tournante de transit clé comme Dubaï, New Delhi insistera probablement sur des règles d’origine strictes. Il peut soit stipuler une valeur ajoutée de 35% aux Émirats arabes unis pour tous les produits éligibles à l’octroi de droits de douane dans le cadre de l’ALE, soit imposer des conditions similaires à certains produits pour lesquels il voit le maximum de risques d’abus, a déclaré l’une des sources.

Les deux parties ont entamé des négociations formelles en vue d’un accord de partenariat économique global (CEPA), comme l’appelle officiellement l’ALE, à New Delhi à partir du 23 septembre. Elles visent à conclure les pourparlers d’ici décembre et à signer un accord d’ici mars 2022.

Environ 87 % des produits importés par les Émirats arabes unis sont actuellement taxés à 5 %, tandis que 11 % sont soumis à des droits nuls ; les autres voient l’incidence des droits de douane plus élevée ou figurent sur les listes de marchandises interdites ou spéciales, a déclaré une autre source. Alors qu’il impose un droit de 5% sur les textiles, les vêtements et les bijoux, certains produits en acier sont taxés à 10%. Ces trois segments représentaient à eux seuls 34 % des exportations indiennes de 16,7 milliards de dollars vers les Émirats arabes unis au cours de l’exercice précédent et 43 % au cours de l’année pré-pandémique de l’exercice 20.

Les Émirats arabes unis ne souhaitent pas supprimer les droits de douane sur tous les produits d’ingénierie, mais ils peuvent autoriser les importations en franchise d’impôt de certains produits sidérurgiques.

Le tarif appliqué d’Abou Dhabi (moyenne simple pour les nations les plus favorisées) était de 4,6% en 2020, bien inférieur aux 15% de New Delhi. Les produits qui se situent dans les tranches d’imposition les plus élevées aux Émirats arabes unis comprennent l’alcool (50 %) et le tabac (100 %). Son tarif moyen pondéré en fonction des échanges (recettes douanières totales en pourcentage de la valeur globale des importations) était de 3,4% en 2019, contre 7% pour l’Inde. Ainsi, la concession tarifaire de New Delhi sera plus substantielle que celle d’Abu Dhabi.

L’ALE devrait porter le commerce bilatéral de marchandises à 100 milliards de dollars en cinq ans après la signature du pacte, contre environ 43 milliards de dollars au cours de l’exercice 21. Il vise également à plus que doubler le commerce bilatéral de services à 15 milliards de dollars au cours de cette période.

Les négociations avec les Émirats arabes unis font partie de la stratégie plus large de l’Inde visant à conclure des accords commerciaux « justes et équilibrés » avec des économies clés et à réorganiser les pactes existants pour stimuler le commerce. Cette décision a pris de l’ampleur après que l’Inde s’est retirée des pourparlers du RCEP dominés par la Chine en novembre 2019. Des ALE équilibrés permettront également au pays d’atteindre des taux de croissance soutenus de ses exportations dans les années à venir. Déjà, l’Inde s’est fixé un objectif ambitieux d’exportation de marchandises de 400 milliards de dollars pour l’exercice 22, contre 291 milliards de dollars pour l’exercice 21.

Les Émirats arabes unis étaient le deuxième marché d’exportation de marchandises de l’Inde jusqu’à l’exercice 20, derrière les États-Unis seulement, avant que la Chine ne les dépasse au cours de l’exercice 21 lorsque la pandémie a provoqué de graves perturbations commerciales.

Les Émirats arabes unis sont le huitième investisseur en Inde, ayant investi 11 milliards de dollars entre avril 2000 et mars 2021, tandis que les investissements des entreprises indiennes aux Émirats arabes unis sont estimés à 85 milliards de dollars au cours de cette période.

Les principales exportations indiennes vers les Émirats arabes unis comprennent des produits pétroliers, des métaux précieux, des pierres, des pierres précieuses et des bijoux, des textiles et des vêtements, des produits alimentaires, des produits d’ingénierie et des produits chimiques. Ses principales importations en provenance des Émirats arabes unis comprennent le pétrole et les produits pétroliers, les métaux précieux, les pierres, les pierres précieuses et les bijoux, les minéraux, les produits chimiques et le bois et les produits du bois.

Share