Nergal de Behemoth sort le clip de Me And That Man pour ‘Angel Of Light’. Myrkur

MOI ET CET HOMME, le projet solo de dark folk/blues/Americana de MONSTRE cerveau Adam « Nergal » Darski, sortira son troisième album studio complet, « New Man, New Songs, Same Shit, Vol. 2 », le 19 novembre via Disques de napalm. Le clip officiel du deuxième single du disque, la ballade soul blues-rock « Ange de lumière », mettant en vedette la voix convaincante de Amélie Bruun (MYRKUR), établit une autre étape importante dans la scène et suit les millions de flux de Nergalles morceaux précédents de.

Nergal commente : « Voici le ‘Ange de lumière’! Cette chanson est peut-être l’Americana la plus sinistre et la plus sombre de notre répertoire. Alors que nous offrons souvent un petit sourire et un clin d’œil avec notre musique, c’est de la pure splendeur luciférienne délivrée par notre propre ange, Amélie de MYRKUR. Tout est à vous maintenant les amis ! Prendre plaisir! »

Amélie ajoute : « Je suis ravi de collaborer avec Nergal sur cette chanson et cette vidéo, où je joue le rôle d’une femme capturée par l’ombre. Elle cherche des moyens de sortir et se tourne vers « l’Ange de la lumière » pour obtenir des conseils et du réconfort. »

Après l’antécédent révolutionnaire et acclamé par la critique, « New Man, New Songs, Same Shit, Vol. 1 » (2020), la nouvelle offre passionnante suit le chemin passionnant Nergal puis embrasé, avec une fois de plus une abondance d’icônes musicales lourdes – mais cette fois, il l’amène à un tout autre niveau. Faites l’expérience de grands tels que Gary Holt (TUEUR, EXODE), Alissa White-Gluz (ENNEMI JURÉ), Marie Goore, Randy Blythe (AGNEAU DE DIEU), Devin Townsend, David Vincent (ANGE MORBIDE), Doug Blair (GUÊPE), Hank Von Hell (TURBONEGRO) et Olve « Abbat » Eikemo (IMMORTAL, ABBATH) s’entrelaçant avec la collection envoûtante d’hymnes occultes de l’album, marquant une autre symbiose époustouflante de blues non filtré, de folk gothique, d’essence country et d’une touche de mal dont vous jurerez qu’elle était rayonnée tout droit de l’enfer ou la plus noircie des des églises.

Le premier morceau et le clip officiel, « T’as ta langue », caractéristiques Chris Georgiadis (TURBOWOLF) et met en valeur une autre facette de son projet juxtaposé et alimente le feu pour plus.

Darski commente le nouvel album : « C’est reparti, mamans amatrices ! ‘New Man, New Songs, Same Shit, Vol. 2’. Vous connaissez l’exercice, j’ai recruté les meilleurs des meilleurs de la musique lourde pour collaborer sur des morceaux uniques sur lesquels moi et l’équipe polonaise, italienne et ukrainienne ont travaillé au cours des 18 derniers mois. Une fois de plus, le résultat, bluffant et les performances, inspirées ! Merci, camarades – Abbath, Alissa, Amélie, Anders, Flamber, Chris G, Chris H, David, Devin, Douglas, Franc, Gary, Hank, Jeff, Kriss, M. Goore, Michale, Ralf et Excité. Qui sait quand nous nous réunirons pour jouer ces chansons, mais je ferai de mon mieux pour y arriver ! Profitez-en tout le monde! »

Après la première partie de l’album, qui a battu les charts, MOI ET CET HOMME présentent désormais de toutes nouvelles facettes : Piste d’ouverture « Corbillard Cadillac Noir », avec la voix de Hank Von Hell et la sorcellerie de la guitare par Anders Oden, marque un début sinistre pour ce voyage infernal à travers des paysages sonores sombres du désert et un lyrisme maléfique. Conduite « Sous le sort » (avec Marie Goore) est à la hauteur de son titre, évoquant parfois une ambiance spaghetti western-esque. Des chansons comme méchant « Les sorcières ne tombent pas amoureuses » (avec Kristoffer Rygg de ULVER), bascule droit à la tête « Blues & Cocaïne » (avec Michale Graves) et mystérieux « Au revoir » – avec une attaque vocale envoûtante mais puissante de Alissa White-Gluz – mettre en valeur la grande variété du disque et qu’il y a quelque chose d’inattendu qui se cache tout au long. Cela est encore plus évident sur des chansons comme la ballade soul blues-rock « Ange de lumière » avec la voix convaincante de Myrkur, ou incroyablement dynamique, explosion uptempo de « T’as ta langue » avec Chris Georgiadis (TURBOWOLF).

Après les débuts alléchants « Chants d’amour et de mort » (2017), suivi du deuxième album « New Man, New Songs, Same Shit, Vol. 1 », sa suite reflète une fois de plus Nergal dans une lumière complètement différente et offre un contraste énorme avec les sons métalliques extrêmes de MONSTRE.

« New Man, New Songs, Same Shit, Vol. 2 » liste des pistes :

01. Corbillard Cadillac Noir (feat. Hank Von Hell, Anders Odden)

02. Sous le sort (feat. Mary Goore)

03. Tout espoir est parti (feat. Blaze Bayley, Gary Holt, Jeff Mantas Dunn)

04. Les sorcières ne tombent pas amoureuses (feat. Kristoffer Rygg)

05. Perdre mon blues (feat. Olve Abbath Eikemo, Frank The Baptist, Chris Holmes)

06. Jour le plus froid en enfer (feat. Ralf Gyllenhammar, Douglas Blair)

07. Année du serpent (feat. David Vincent)

08. Blues & Cocaïne (feat. Michale Graves)

09. Échos aux halogénures d’argent (feat. Randy Blythe)

dix. Au revoir (feat. Alissa White-Gluz, Devin Townsend)

11. Ange de lumière (feat. Myrkur)

12. Vous avez votre langue (feat. Chris Georgiadis)

MOI ET CET HOMME est:

Adam « Nergal » Darski – Voix, Guitares

ukasz Kumański – Batterie et percussions, choeurs

Matteo Bassoli – Basse, synthé, choeurs

Sasha Boole – Guitares, guimbarde, banjo

Crédit photo: Grzegorz Gołębiowski

Share