Carlos Rivera en difficulté?  exacademica révèle des poursuites à La Voz (Instagram)

Carlos Rivera en difficulté? exacademica révèle des poursuites à La Voz | Instagram

L’ancien universitaire Erika Alcocer, qui s’est fait connaître dans la deuxième génération de “La Academia”, a joué dans son récent retour à Tv Azteca où il l’a également fait dans le bras de fortes révélations sur les retrouvailles avec Carlos Rivera, dont il a récemment abordé le type de “relation” “qu’ils détenaient tous les deux.

Il faut se rappeler que Carlos Rivera a été couronné vainqueur de “L’Académie“dans sa troisième génération où il a concouru avec d’autres collègues: Melissa, César, Leticia, Rykardo, Suzette, Rodrigo, Marla, Martín, Hiromi, Diego, Jessica, Israël, Marcia, Esteban, Dulce, Arturo, Maricarmen et Carlos de retour dans l’année 2004.

L’artiste fait partie de ceux qui ont réussi à se placer parmi les favoris du public et aujourd’hui il a une carrière importante en plein essor, comme son collègue Yuridia, diplômé de la quatrième génération où il a obtenu la deuxième place, et où l’avantage a été obtenu. Erasmo Catarino.

Suivez-nous sur Google Actualités et cliquez sur notre étoile

Avez-vous refusé de collaborer avec Carlos Rivera?

De son côté, Érika Alcocer, qui a frappé à plusieurs portes à la recherche de sa place dans la scène musicale, a récemment fait son retour à Tv Azteca connu où elle a laissé tout le monde surpris en révélant des détails sur le prétendu “procès” avec l’artiste de Huamantla, Carlos Rivera.

Ceci après l’annonce du même ancien élève, elle aurait fait un ajout pour “La voix du Mexique“de Televisa dans laquelle il n’a pas accepté de faire partie de l’équipe académique.

L’interprète a abordé la question à travers l’émission “Venga la Alegría” et a révélé les détails de cette nouvelle et les raisons pour lesquelles elle a refusé de rejoindre l’équipe de son ancien partenaire et a choisi d’aller avec Maluma.

Selon Érika elle-même, elle explique qu’elle ne voulait pas que son collègue, Carlos Rivera, se sente mal si à un moment donné il ressentait le besoin de la retirer de l’équipe puisque les deux auraient été collègues sur le même projet.

Je ne voulais pas être celui-là, que je devais sortir et que cette situation était en jeu et je ne voulais pas qu’ils me voient car ils me font une faveur de “ oh oui les amis ” … peut-être que j’avais tort, mais j’ai dit “Si Carlos me fait sortir, oui, je vais avoir de la rancune” “, a-t-il déclaré.

Il a également partagé que sa réaction avait des répercussions et était désapprouvée et qu’elle en faisait la cible de vives critiques même de la part des collègues de l’artiste, comme l’entraîneur Natalia Jiménez, qu’il a jugée très “injuste”, a-t-il déclaré lors de l’émission.

Elle m’a dit “non, je ne te fais pas confiance … tu es ambitieuse et je n’aime pas ce que tu as fait à Carlos”, elle ne connaissait vraiment pas le contexte “, a-t-il ajouté.

C’est dans la section du programme populaire du matin de Tv Azteca, “Venga la Alegría, que les chefs d’orchestre Cynthia Rodríguez et Anette Cuburó ont présenté la section” Dans ses batailles “, où Érika décrit elle-même comment c’est ce moment même qui a fait d’elle la cible de commentaires négatifs .

La voix d’Érika qui l’a conduite à être lauréate de la deuxième édition de l’émission de télé-réalité, a été classée comme celle d’une mezzo-soprano, cependant, son registre correspond à celui d’une soprano en raison de sa large gamme de tons et de registre vocal.

La chanteuse originaire de Tampico, Tamaulipas a parcouru un chemin très difficile pour obtenir une reconnaissance artistique comme certains de ses collègues l’ont fait après le célèbre concours de talents.

Aujourd’hui, elle entretient une relation amoureuse avec un musicien du nom de Juan Pablo Mezzara: “vous êtes la personne dont j’avais besoin dans ma vie, et la vie dont j’avais besoin en ma personne”, a déclaré Érika Alcocer.

En février dernier, l’artiste est apparue à la télévision, lorsqu’elle a rendu visite aux membres de la génération précédente de La Academia, où elle partageait une partie de son expérience avec les étudiants.