UNE

l’ancien chef des cadets de l’Armée qui a admis des infractions sexuelles contre des garçons dans le nord de Londres a été emprisonné.

Raymond Waller, 69 ans, de Bergerhof, aux Pays-Bas, a été condamné à neuf ans pour des agressions sur quatre victimes.

Il a également été inscrit au registre des délinquants sexuels et a reçu une ordonnance de prévention des infractions sexuelles lors de sa condamnation à la Harrow Crown Court lundi.

Waller avait plaidé coupable des abus devant le même tribunal le 30 septembre.

Les infractions ont été commises entre 1981 et 1991 contre des garçons âgés de 13 à 16 ans.

Les quatre adolescents ont été individuellement victimes de Waller alors qu’il était chef des cadets de l’Armée à Barnet.

Dans un cas, il a même noué une relation avec la mère d’un enfant comme tactique pour avoir accès à son fils, a appris le tribunal.

Les infractions ont été signalées au Met entre 2017 et début 2018, ce qui a permis aux agents de dresser un calendrier des abus de Waller.

Il maltraitait généralement les garçons individuellement dans son appartement de Barnet, où il vivait seul, ou lors de voyages de cadets, selon le tribunal.

Il a admis deux chefs d’attentat à la pudeur sur un garçon de moins de 16 ans et de grossière indécence et voies de fait contre une deuxième victime également âgée de moins de 16 ans.

en relation

L’ancien chef des cadets a également plaidé coupable d’attentat à la pudeur sur un garçon de moins de 14 ans et d’indécence flagrante avec l’adolescent. Waller a également admis deux chefs d’attentat à la pudeur contre un homme de plus de 16 ans.

Le détective Keith Kimberley, de l’équipe de sauvegarde de la police métropolitaine, a déclaré: «Je suis reconnaissant aux hommes qui se sont manifestés pour dénoncer les abus commis par Waller.

«Ils ont été forcés de revivre leur traumatisme afin qu’il puisse enfin faire face à la justice, et j’espère qu’ils pourront désormais vivre pleinement leur vie.

«Waller avait déménagé aux Pays-Bas lorsqu’il a été contacté par notre équipe, et a initialement nié les infractions. Dans certains cas, il a fait semblant de ne pas se souvenir des victimes et a conclu que son comportement était innocent et convenait à quelqu’un qui était en position de confiance et d’autorité.

«Waller est maintenant en prison et ne peut pas causer de tort à d’autres jeunes personnes vulnérables. Peu importe le moment où les infractions ont eu lieu, les victimes peuvent avoir confiance qu’elles seront écoutées. »