Accueil News International AMP.- Canada.- Le Parlement du Canada accuse la Chine d’avoir commis un...

AMP.- Canada.- Le Parlement du Canada accuse la Chine d’avoir commis un génocide au Xinjiang avant l’abstention de Trudeau

MADRID, 23 ANS (EUROPA PRESS)

Les députés canadiens ont adopté une motion non contraignante accusant le gouvernement chinois d’avoir commis un génocide contre les minorités musulmanes dans la région orientale du Xinjiang, une décision qui augmente les tensions entre les deux pays.

Malgré le fait que le premier ministre, Justin Trudeau, et les membres de son cabinet se soient abstenus de voter, la majorité des députés, 266 des 338 qui composent la Chambre, – dont beaucoup sont libéraux -, ont appuyé la motion , qui a été présenté par le Parti conservateur de l’opposition, selon les informations de CBC.

Le texte reconnaît qu ‘”un génocide contre les Ouïghours et autres musulmans est actuellement en cours en Chine” et demande au Comité international olympique de déplacer les Jeux 2022 dans une autre ville afin qu’ils ne se tiennent pas à Pékin, comme prévu.

Le ministre des Affaires étrangères, Marc Garneau, a été le seul membre du gouvernement à avoir assisté au vote, auquel il a assisté «au nom du Cabinet», tandis que le chef de l’opposition Erin O’Toole, a regretté la décision de Trudeau et a critiqué le fait qu’il «continue de refuser de décrire la conduite horrible du Parti communiste chinois pour ce qu’elle est: un génocide».

Les États-Unis estiment qu’environ 2 millions de personnes appartenant à ces minorités ethniques sont détenues dans des centres de détention au Xinjiang, où elles pourraient être victimes d’abus, d’endoctrinement et de stérilisation forcée.

L’initiative, présentée par l’opposition conservatrice, ne s’est pas très bien adaptée au gouvernement chinois, dont l’ambassadeur au Canada, Cong Peiwu, avait auparavant dénoncé le vote comme une ingérence du pays nord-américain dans les affaires intérieures de la Chine.

La motion vise à exercer une pression accrue sur le gouvernement Trudeau pour qu’il renforce sa politique envers la Chine. Les tensions diplomatiques entre les deux pays se sont intensifiées ces dernières années, notamment après l’arrestation à Vancouver du directeur financier et fille du fondateur de Huawei, Meng Wanzhou, arrêté à la demande de Washington.

Peu de temps après, les Canadiens Michael Kovrig et Michael Spavor ont été arrêtés sur le sol chinois pour espionnage présumé.