Accueil News International Au milieu de l’alerte des syndicats sur une éventuelle réforme du système...

Au milieu de l’alerte des syndicats sur une éventuelle réforme du système de santé, le gouvernement a de nouveau accordé une aide financière aux œuvres sociales

Le Gouvernement a de nouveau aidé financièrement les actions sociales pour atténuer la crise économique qui a aggravé la pandémie Le Gouvernement a de nouveau aidé financièrement les actions sociales pour atténuer la crise économique qui a aggravé la pandémie

Une fois de plus, le Gouvernement National a à nouveau accordé une aide financière aux œuvres sociales par décret pour atténuer l’impact de la crise économique qui a aggravé la pandémie COVID-19 tout au long de 2020. Cette nouvelle assistance est donnée pendant que la CGT est en état d’alerte avant les versions sur une réforme du système de santé promue par le kirchnérisme.

Par Résolution 163/2021, publié ce vendredi dans le Bulletin officiel, la Surintendance des services de santé a accordé «un soutien financier exceptionnel aux agents d’assurance maladie qui avaient subi une baisse de collecte au cours du mois de décembre 2020 par rapport à mars 2020». Comme dans les opportunités précédentes, l’objectif est de “garantir le bon fonctionnement des services de santé pendant la durée de la pandémie COVID-19, ainsi que le paiement en temps et en forme aux prestataires, indispensable à la continuité des soins pour Les bénéficiaires “.

Dans les considérants, le gouvernement a justifié qu’en raison des mesures d’isolement et de distanciation, “il y avait une limitation de la circulation des personnes, avec des conséquences sur l’économie, affectant les entreprises, les activités indépendantes et l’emploi”. Dans ce cadre, la baisse de la production «se traduit également par le recouvrement des impôts, et par conséquent, par les ressources allouées aux agents de santé».

«La situation décrite menace la chaîne de paiement du système de santé, à un moment où ce secteur est essentiel pour minimiser les impacts de la pandémie et apporter les soins nécessaires à ses bénéficiaires », a ajouté le texte officiel. Pour cette raison, le pouvoir exécutif continue de fournir une aide financière aux œuvres sociales en vue “Garantir le service adéquat des sanatoriums, cliniques et autres prestataires de soins”.

Il ministère de la Santé allouera à nouveau des ressources aux agents d’assurance maladie qui permettent “de compenser la diminution de la collecte de leurs ressources habituelles à la suite de l’urgence sanitaire”, maintient la résolution.

En son article 2, la règle établit que le montant du soutien financier pour chaque Agent sera le résultat de la différence entre la somme des ressources reçues pour contributions et contributions en mars 2020 et la collecte reçue au cours du dernier mois. Selon le gouvernement, la différence totale entre tous les travaux sociaux dépasse 220 millions de pesos.

Alberto Fernández et la CGT, lors de leur dernière rencontre à Olivos Alberto Fernández et la CGT, lors de leur dernière rencontre à Olivos

Comme dans le courant de 2020, les fonds proviendront d’un fonds d’urgence et d’assistance créé en 2016, destiné au programme d’aide financière au renforcement institutionnel et à l’amélioration de la qualité des prestations des agents de la sécurité sociale.

Ce fonds a été créé à la demande de la CGT pour financer »assistance en cas d’épidémie ou d’urgence “, des programmes de prévention approuvés par les autorités, l’acquisition d’équipements technologiques et de ses propres effecteurs (tels que cliniques et sanatoriums) et des projets de renforcement institutionnel des œuvres sociales. L’argent initialement alloué à cette fin par le gouvernement, environ 4500 millions de pesos, était croissance pour des intérêts financiers et une partie de celui-ci est désormais utilisée pour un cas d’épidémie, tel qu’il a été conçu. À cette occasion, le montant à couvrir est de 227 705 825 $.

La Surintendance des services de santé, dirigée par Eugenio Zanarini, a avancé avec cette résolution tandis que la CGT continue d’être attentive aux versions selon lesquelles l’Etat pourrait s’approprier les fonds des œuvres sociales.

La peur du syndicat est née après un acte que Cristina Kirchner a commis à La Plata le 18 décembre. Là, le vice-président a déclaré que “Nous devons aller vers un système de santé national intégré entre les œuvres publiques, privées et sociales qui optimise les ressources”. Ensuite, le gouvernement a annoncé une augmentation de 7% des honoraires des sociétés de médicaments prépayés, qui a été rapidement annulée. Ce geste qui a été interprété par la CGT et les hommes d’affaires comme un signe de l’avancée du kirchnérisme sur le système de santé pour que l’Etat prenne le contrôle des œuvres sociales. Aucun membre du parti au pouvoir n’a nié publiquement l’existence de ce plan.

J’ai continué à lire:

La CGT a fait une forte défense des œuvres sociales et a mis en garde contre “la nécessité de développer un véritable financement”

Alberto Fernández a durci son discours sur les paiements prépayés et le fantôme de la redoutable réforme du système de santé a de nouveau été agité