Accueil News International Biden propose à la Russie de prolonger le traité nucléaire de 5...

Biden propose à la Russie de prolonger le traité nucléaire de 5 ans

15 minutes. Le président américain Joe Biden a proposé à la Russie de prolonger de cinq ans le dernier traité de désarmement en vigueur entre les deux puissances nucléaires, le New Start, qui expire le 5 février, a rapporté ce jeudi le porte-parole de la presse de la Maison Blanche, Jen Psaki.

“Je peux confirmer que les États-Unis demanderont une prolongation de cinq ans”, a déclaré Psaki lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche.

“Le président a fait comprendre pendant longtemps que le New Start est dans l’intérêt national des États-Unis. Et cette extension a encore plus de sens lorsque la relation avec la Russie est antagoniste, comme c’est le cas actuellement », a déclaré Psaki.

À cet égard, la porte-parole a expliqué que, bien que Biden veuille travailler avec le Kremlin pour prolonger le traité, la Russie doit également «tenir responsable de ses actions imprudentes et contradictoires».

Pour cette raison, le nouveau président américain a demandé aux agences de renseignement de faire une évaluation approfondie de l’ingérence présumée de Moscou dans les élections américaines de novembre dernier, de l’utilisation d’armes chimiques contre l’opposant russe Alexei Navalni et des récompenses russes à les talibans en échange du meurtre de soldats américains en Afghanistan.

Psaki n’a pas précisé quand la communauté du renseignement fournira à Biden son évaluation de ces actes. Il n’a pas non plus révélé quel genre d’actions le président américain pourrait entreprendre contre la Russie.

Le nouveau départ

En ce qui concerne le traité Nouveau départ, comme son prédécesseur, Donald Trump, Biden avait la possibilité de rechercher une solution temporaire et de la prolonger pour une courte période. Cependant, il a préconisé de le prolonger de cinq ans, c’est-à-dire jusqu’en 2026, comme prévu dans le pacte signé en 2010.

Cette semaine, le Kremlin a déjà dit que est resté résolu à prolonger le nouveau départ pendant cinq ans. En fait, il avait indiqué qu’il attendait des “propositions concrètes” de Biden, qui a pris ses fonctions mercredi.

Ces derniers mois, le gouvernement de l’ancien président Donald Trump a tenté en vain de trouver une solution temporaire et de prolonger le pacte pour une courte période. Cependant, aucun accord ne s’est concrétisé avec le président russe, Vladimir Poutine, qui a proposé en octobre une prolongation d’un an.

Le principal point de friction entre les deux puissances était l’insistance de Trump pour que la Chine fasse partie des pourparlers sur le nouveau départ. Pourtant, le géant asiatique a refusé de s’asseoir à la table des négociations considérant qu’il a beaucoup moins d’armes nucléaires que Washington et Moscou.

À son tour, la Russie a fait valoir que pour inclure la France et le Royaume-Uni, les deux autres puissances nucléaires déclarées.

Le nouveau départ limite le nombre d’armes nucléaires stratégiques, avec un maximum de 1 550 ogives nucléaires et 700 systèmes balistiques pour chacune des deux puissances, sur terre, sur mer ou dans les airs.

Les experts craignent que l’expiration du Nouveau Départ ne conduise à une nouvelle course au réarmement nucléaire, car pour la première fois depuis 1972, il n’y aurait pas d’accord de contrôle des armes atomiques en vigueur entre les deux plus grandes puissances nucléaires du monde.

La Russie et les États-Unis possèdent 90% de toutes les armes nucléaires qui existent sur la planète.