Accueil News International Bolivie: La Paz reprend des mesures restrictives contre le COVID-19

Bolivie: La Paz reprend des mesures restrictives contre le COVID-19

LA PAZ, Bolivie (AP) – La Paz, siège du gouvernement bolivien, reprendra les mesures restrictives à partir de jeudi pour empêcher le nouveau coronavirus de se propager dans une repousse qui a déjà dépassé la première vague de décès et d’infections par jour.

Pendant ce temps à Santa Cruz, la région la plus touchée par la maladie, les médecins ont donné aux autorités locales 48 heures pour déclarer une quarantaine totale pendant deux semaines.

Le gouvernement du président Luis Arce a exclu une mise en quarantaine pour relancer l’économie qui a été touchée par les effets de la pandémie en 2020, pour laquelle les autorités de chaque région prennent différentes mesures de précaution.

Le secrétaire au développement économique de la mairie de La Paz, Sergio Siles, a expliqué lors d’une conférence de presse que l’objectif était de réduire les foules.

A partir de jeudi, l’entrée aux banques, marchés et supermarchés se fera selon l’achèvement de la pièce d’identité de chaque personne. Il suspend également l’exploitation des terrains de sport et des salles d’événements.

Dans le cas des transports publics, la circulation sera autorisée selon les plaques d’immatriculation de chaque voiture. Les dirigeants des chauffeurs de ce service ont avancé leur rejet. «Nous vivons au jour le jour, si un jour nous ne travaillons pas, nous ne mangeons pas si simple», a déclaré Mario Silva,

Dans le même temps, Fernando Romero, leader de l’Union des branches médicales de la santé (Sirmes), a déclaré que c’était une bonne mesure car “la maladie se propage beaucoup plus vite”. “Ces restrictions sont importantes et nous espérons qu’elles aideront à réduire les infections”, a-t-il ajouté.

À Santa Cruz, à quelque 420 kilomètres à l’est de La Paz, la maire de cette ville, Angélica Sosa, a exclu une quarantaine rigide malgré le délai de 48 heures que les médecins lui avaient accordé. Il a assuré que ce serait “une logistique très compliquée de garantir que la population ne descende pas dans la rue”.

La situation précaire des hôpitaux n’a pas changé et les médecins assurent que plusieurs unités de soins intensifs sont saturées.

“Les médecins, les infirmières et le personnel médical sont déjà fatigués, les hôpitaux sont pleins”, a déclaré aux médias le chef du département des médecins de Santa Cruz, Kadidja Ovando.

De la part du gouvernement, le ministère de la Santé promeut des tests massifs pour mieux suivre la maladie tout en annonçant que le premier lot de 6000 vaccins Spoutnik V est attendu après que le gouvernement Arce ait finalisé l’achat de 5,2 millions de doses. En outre, le pays devrait recevoir cinq millions de vaccins supplémentaires en mars mis au point par le laboratoire AstraZeneca et l’Université d’Oxford.

La Bolivie espère également que le même mois, les vaccins gratuits arriveront dans le cadre du système COVAX, promu par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui cherche à promouvoir un accès équitable aux vaccinations.

Pendant ce temps, les campagnes politiques des candidats à la mairie et aux gouverneurs se poursuivent en vue des élections du 7 mars. Au moins six candidats sont décédés ce mois-ci.

Le ministère de la Santé a rapporté la veille qu’un record de décès avait été battu, avec 66 décès dus au COVID-19 en une journée et 1781 cas avaient été signalés. La Bolivie a un total de 202 818 infections et 10 051 décès.