Des manifestants participent à une manifestation demandant la démission du président Alejandro Giammattei, à Guatemala City, Guatemala, le 21 novembre 2020. REUTERS / Luis Echeverría / File photo Des manifestants participent à une manifestation demandant la démission du président Alejandro Giammattei, à Guatemala City, Guatemala, le 21 novembre 2020. REUTERS / Luis Echeverría / File photo

GUATEMALA CITY, 21 novembre (.) – Un groupe de manifestants a détruit et incendié une partie des bureaux du Congrès guatémaltèque samedi lors d’une manifestation contre les réductions des dépenses budgétaires pour 2021 promue par le gouvernement du président Alejandro Giammattei.

Les événements se sont produits lors de la revendication de centaines de personnes qui sont descendues dans la rue après tôt mercredi matin, alors que les Guatémaltèques font toujours face aux ravages de la tempête Iota, les députés ont approuvé le budget, qui comprenait des coupes dans la santé, l’éducation, justice et droits de l’homme et augmentation de la dette publique.

La mesure a scandalisé divers secteurs, des entreprises aux religieux en passant par les étudiants, au cours d’une année marquée par la crise économique provoquée par la pandémie de coronavirus.

Avec des bannières avec des légendes telles que «Assez avec le système de corruption» et «Le pouvoir est en nous, les Guatémaltèques de la ville de Guatemala ont exigé que Giammattei annule les réductions.

“Ils ont déjà dépassé la limite de la corruption. Je demande au président de l’étudier à nouveau, de se prononcer; il a encore le temps”, a déclaré Alex Aguilar, un étudiant universitaire de 28 ans, qui participait à la manifestation dans la capitale.

Au milieu de la pression contre le président, le vice-président Guillermo Castillo a également exprimé son rejet et invité Giammattei à démissionner. “Démissionnons tous les deux”, a-t-il déclaré vendredi soir dans un message télévisé, afin de faire taire la gêne du public.

Giammattei, pour sa part, avait déclaré la veille sur le réseau national qu’il s’asseyait “avec tous ceux qui sont nécessaires” pour expliquer les raisons des réductions de dépenses pour l’année prochaine.

En plus de l’épidémie, qui a fait 4 074 morts et infecté 118 417 personnes, le Guatemala doit désormais faire face aux effets d’une tempête catastrophique qui a récemment frappé la région, faisant plus de 356 000 personnes touchées dans ce pays d’Amérique centrale.

(Rapport de Sofía Menchú, édité par Sharay Angulo et Adriana Barrera)