Accueil News International Des médecins grecs protestent contre les conditions “suffocantes” dans les hôpitaux

Des médecins grecs protestent contre les conditions “suffocantes” dans les hôpitaux

Médecins grecs et personnel hospitalier lors d'une manifestation contre le manque d'unités de soins intensifs dans les hôpitaux publics, Athènes, Grèce, 23 février 2021. REUTERS / Louiza Vradi Médecins grecs et personnel hospitalier lors d’une manifestation contre le manque d’unités de soins intensifs dans les hôpitaux publics, Athènes, Grèce, 23 février 2021. REUTERS / Louiza Vradi

ATENNA, 23 février (.) – Les médecins des hôpitaux grecs ont entamé mardi une journée de grève et des dizaines de personnes ont manifesté à Athènes pour protester contre les conditions de travail “suffocantes” dans les hôpitaux en première ligne de la pandémie de coronavirus.

Avec environ 6 000 morts, la Grèce a réussi à contenir la pandémie mieux que la majeure partie de l’Europe et a empêché son service de santé, frappé par des années de crise financière, de s’effondrer.

Cependant, les unités de soins intensifs des hôpitaux publics fonctionnent à environ 80% de leur capacité et les médecins souhaitent que le gouvernement crée de nouvelles unités pour les patients COVID-19 plutôt que d’utiliser les unités existantes, ainsi que pour embaucher plus de personnel et utiliser les ressources du secteur privé.

“Il existe un risque sérieux pour les patients gravement malades du COVID-19 et les patients gravement malades d’autres maladies”, a déclaré le syndicat des médecins hospitaliers OENGE dans un communiqué. Il a décrit la situation dans les hôpitaux comme “suffocante”.

Vêtus de masques chirurgicaux, les médecins ont manifesté à Athènes avec des banderoles indiquant «Soutenez les agents de santé» et une photo d’un agent de santé avec le poing levé en signe de protestation.

Plus de 1 200 patients COVID ont subi des soins intensifs en Grèce depuis le début de la pandémie.

(Informations de Karolina Tagaris; édité par Alexandra Hudson; traduit par Tomás Cobos)