Accueil News International Environ 3500 détenus en Russie lors de manifestations de soutien à l’opposition...

Environ 3500 détenus en Russie lors de manifestations de soutien à l’opposition Navalni

Près de 3 500 partisans du membre de l’opposition emprisonné Alexei Navalni ont été arrêtés en Russie lors d’une série de manifestations marquées par des épisodes de violence et des affrontements avec la police, sur lesquels les autorités enquêtaient dimanche.

Des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue samedi dans diverses villes russes, de Moscou à Vladivostok (Extrême-Orient) pour exiger la libération de Navalni, ennemi juré du Kremlin et militant anti-corruption.

Ces manifestations non autorisées ont donné lieu à des arrestations, parfois brutales, et à des affrontements entre manifestants et policiers.

Au total, les agents ont arrêté près de 3 500 personnes, dont 1 360 à Moscou et 523 à Saint-Pétersbourg, a indiqué dimanche l’ONG OVD-Info, spécialisée dans le suivi des manifestations de l’opposition.

Les forces de sécurité ont ainsi procédé au plus grand nombre d’arrestations lors de manifestations d’opposition de l’histoire de la Russie moderne.

Selon le président du Conseil consultatif des droits de l’homme du Kremlin, Valeri Fadeyev, la plupart des personnes arrêtées à Moscou lors de ces manifestations “illégales” ont été libérées.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, s’est dit préoccupé ce dimanche par la “dérive autoritaire” en Russie, au lendemain de la condamnation par les Etats-Unis et l’Union européenne (UE) de la répression des manifestations.

Moscou a pour sa part accusé Washington d ‘«ingérence» dans les manifestations pour la liberté de Navalni. Son ambassade dans la capitale russe avait publié une liste des lieux de la manifestation, exhortant les Américains à ne pas y aller.

– Violence des deux côtés –

La commission d’enquête russe, chargée des principales enquêtes pénales dans le pays, a annoncé samedi soir qu’elle enquêterait sur le recours à la violence contre les forces de sécurité pendant les manifestations.

Dans un autre communiqué, sa section locale de Saint-Pétersbourg, la deuxième plus grande ville du pays, a annoncé l’arrestation d’un manifestant de 36 ans, accusé d’avoir battu deux policiers avec ses poings.

Le parquet de Pétersbourg a annoncé samedi soir qu’il allait enquêter non seulement sur les violences contre la police, mais aussi «par les forces de l’ordre».

Le ministère public a publié sa déclaration après la diffusion dans les médias locaux d’une vidéo dans laquelle une femme a été vue tomber au sol après avoir été frappée par un agent anti-émeute.

La femme, identifiée comme Margarita Yudina, a demandé à trois policiers dans la vidéo pourquoi ils détenaient un jeune manifestant non armé. Un des policiers lui a donné des coups de pied dans le ventre.

Yudina a été hospitalisée samedi soir en raison d’une blessure à la tête, a déclaré dimanche à l’. un représentant de l’hôpital Djanelidze de Saint-Pétersbourg.

Plusieurs villes du pays ont enregistré des affrontements entre la police et les manifestants samedi, alors que des dizaines de milliers de personnes ont protesté en criant “Poutine voleur!” ou “Navalni, nous sommes avec vous!”

A Moscou, des centaines de personnes sont arrivées samedi soir à la prison Matroskaya Tishina, où est détenu Alexei Navalni, dans le nord de la capitale. La police les a dispersés avec des matraques et en a arrêté certains.

En détention préventive et faisant l’objet de plusieurs poursuites judiciaires contre lui, Navalni, 44 ans, a été arrêté le 17 janvier à son retour d’Allemagne, où il s’est remis d’un empoisonnement qu’il attribue au Kremlin.

Outre les appels à manifester, Navalni a publié une enquête, vue plus de 70 millions de fois depuis mardi sur YouTube, dans un somptueux palais au bord de la mer Noire, dont Poutine bénéficierait.

Les autorités rejettent à la fois les accusations d’empoisonnement et celles de corruption et décrivent l’opposant et son entourage comme des “escrocs”.

Dimanche, Leonid Volkov, membre de l’équipe Navalni, a déclaré à l’. qu’il était “très fier” des manifestations et a avancé que de nouvelles pourraient être convoquées “le week-end prochain”.

mak-as-mp / at / tjc / pc