Accueil News International Haïti – La police haïtienne déclare l’alerte maximale pendant un mois pour...

Haïti – La police haïtienne déclare l’alerte maximale pendant un mois pour les manifestations contre le président Moise

16/01/2021 Résident de Port-au-Prince (Haïti) AMERIQUE LATINE POLITIQUE INTERNATIONAL HAITI CONTACT PHOTO 16/01/2021 Résident de Port-au-Prince (Haïti) AMERIQUE LATINE POLITIQUE INTERNATIONAL HAITI CONTACT PHOTO

MADRID, 16 ANS (EUROPA PRESS)

La Police nationale haïtienne a déclaré l’état d’urgence à partir de ce vendredi jusqu’au 15 février en raison de la vague de protestations appelées par l’opposition pour exiger le départ le mois prochain du président du pays, Jovenel Moise, pour avoir compris qu’il est sur le point de se prononcer en dehors de son mandat constitutionnel.

Moise a pris le pouvoir le 7 février 2017 après des élections qui ont été annulées en 2015 en raison d’allégations de fraude et qui ont été répétées en 2016. L’opposition compte le mandat de cinq ans du président depuis cette année, il estime donc que le président Il devra quitter le pouvoir le mois prochain, dans une interprétation constitutionnelle contestée par le gouvernement, l’Organisation des États américains (OEA) et par les États-Unis.

Moise travaille actuellement à la rédaction d’une nouvelle Constitution, qui devrait être soumise à un référendum en avril prochain, tandis que les élections présidentielles et législatives se tiendront en septembre sans, en principe, la présence de Moise. Cependant, le président pourrait finir par diriger le pays jusque-là par décret, selon l’opposition.

Le dernier élément déclencheur des manifestations a été un décret controversé qui caractérise le vandalisme de rue comme un acte de terrorisme, dans ce que l’opposition comprend comme un acte visant à restreindre la liberté d’expression des manifestants.

L’annonce de ce vendredi dernier est intervenue après une concentration massive dans la capitale, Port-au-Prince, qui a été dissoute par la police avec le lancement de gaz lacrymogène. D’autres capitales de province se sont jointes à la journée des manifestations, la première d’un calendrier plein de marches pour réclamer le départ du président.

Ainsi, et «avant les appels à un soulèvement populaire pour la désobéissance civile», le directeur général de la police nationale, Léon Charles, a ordonné que tout le personnel policier soit éliminé, «du 15 janvier au 15 février 2021, en état d’alerte maximale sur tout le territoire de la République », selon le communiqué recueilli par le portail d’information Haïti Libre.

La police se prépare ainsi à un nouvel éventuel nouvel épisode de tension qui se produira ce dimanche, jour pour lequel une manifestation du syndicat de la police nationale est convoquée sur l’avenue Toussaint Louverture, sur le chemin de l’aéroport international; un itinéraire “dans lequel aucune manifestation ne sera autorisée”, préviennent les forces de sécurité, et dont la célébration “sera en violation directe de l’interdiction du commandant en chef de la police nationale”.