Accueil News International Ils ont détenu à Formose les conseillers qui avaient dénoncé Gildo Insfrán...

Ils ont détenu à Formose les conseillers qui avaient dénoncé Gildo Insfrán pour les conditions inhumaines dans les centres d’isolement

L’arrestation de Gabriela Neme à la porte d’une école de Formose

Les conseillers Gabriela Neme et Celeste Ruíz Díaz, que le week-end dernier, ils avaient dénoncé le gouverneur Gildo Insfran pour les «conditions inhumaines» dans un centre d’isolement de Formose, Ils ont été arrêtés ce jeudi après-midi alors qu’ils manifestaient à la porte d’une école de la capitale de la province.

Neme, enrôlé dans le péronisme dissident, et Ruíz Díaz, de l’UCR, ils manifestaient pacifiquement à la porte de l’école n ° 18 de Formose avec d’autres voisins lorsqu’ils ont été approchés par plusieurs policiers, qui les ont menottés et emmenés au 1er poste de police. La réclamation était motivée par la situation de 19 personnes, qui sont forcées de pratiquer l’isolement dans cette école alors qu’elles ont été testées négatives lors de leurs tests de coronavirus, selon l’avocat.

Depuis les premiers jours de l’année, lorsque la ville de Formose – en plus d’autres villes de la province – est revenue en phase 1, les forces de sécurité suivent un protocole strict qui n’autorise aucun type de rassemblement de personnes ou de manifestations sur la voie publique. Dans ce contexte, des policiers ont arrêté les conseillers, alors qu’ils étaient enregistrés par les téléphones portables des voisins qui se trouvaient également à la porte de l’école.

Plusieurs personnalités politiques se sont prononcées sur ces événements dès leur apparition. L’un d’eux était le député national de Mendoza Alfredo Cornejo, qui a publié sur son compte Twitter officiel: “Nous exigeons la libération immédiate des conseillers @CelesteRuizDiaz et @gabrielaneme, détenu dans la ville de Formose pour violation des droits de l’homme perpétrée par le gouverneur Gildo Insfrán ».

Le député national de la ville de Buenos Aires Paula Oliveto s’est manifesté dans le même sens: «Maintenant, ils arrêtent des conseillers de Formose qui réclamaient le gouvernement d’Insfran. Les jets qui ont volé le pays jouissant de la liberté et ceux qui se battent pour la justice en prison. On voit que c’est le modèle que défend le kirchnérisme. Fier d’être opposé à ce modèle autoritaire ».

La Radical Youth a utilisé son compte sur le réseau social pour s’adresser au président, Alberto Fernandez: «Le gouvernement de @insfran_gildo a arrêté les conseillers @CelesteRuizDiaz et @gabrielaneme pour avoir accompagné les victimes de violations des droits humains à Formose. Nous exigeons sa libération immédiate et l’intervention de l’Etat national en tant que garant des droits. @alferdez, c’est votre responsabilité».

Le législateur Álvaro de Lamadrid a écrit: «Ils viennent d’arrêter à Formose les conseillers @CelesteRuizDiaz et @gabrielaneme, qui avaient dénoncé la violation des droits humains de Gildo Insfrán. Nous exigeons la libération immédiate des détenus. Ce sont des prisonniers politiques».

Alejandra Lordén, un député de la province de Buenos Aires et vice-président du Comité national de l’Union civique radicale, a publié: «De la @UCRNacional, nous demandons la libération immédiate de @gabrielaneme et @CelesteRuizDiaz, qui étaient détenus par le gouvernement autoritaire de Gildo Insfrán. Nous demandons au gouvernement national votre intervention urgente».

Neme avait officiellement dénoncé samedi dernier Insfrán et le ministre provincial du Gouvernement, de la Justice, de la Sécurité et du Travail, Jorge Abel González, pour avoir propagé la pandémie de coronavirus et pour avoir manqué à leurs devoirs d’agents publics, après la diffusion de certaines vidéos de l’intérieur du stade du Cinquantenaire de la capitale provinciale, qui fonctionne comme un centre de soins de santé pour la pandémie de coronavirus.

Comme Neme l’a souligné Infobae, dans le centre de santé, il y a non seulement des patients atteints du COVID-19, mais aussi des personnes qui ils n’ont pas encore reçu le résultat de leur prélèvement. L’avocat, qui a communiqué avec les personnes qui se trouvent sur place, assure qu’il n’y a presque pas de distance entre sains et infectés et qu’ils partagent même la même salle de bain.

Le centre de santé installé au stade Formosa Cinquantenaire.  Les conseillers ont dénoncé la surpopulation et "Conditions inhumaines" sur place Le centre de santé installé au stade Formosa Cinquantenaire. Les conseillers ont dénoncé la surpopulation et les “conditions inhumaines” dans le lieu

«Je porte plainte pour non-respect de l’article 205 du Code pénal car ils propagent la pandémie. Lors du 50e anniversaire, ils sont tous ensemble et ils ont une cour clôturée. Ils ne les laissent pas sortir et partager les toilettes, alors ce qu’il y a sont des centres de contagion»Expliqua Neme.

Dans sa plainte, il évoque également le non-respect présumé des tâches des agents publics. En ce sens, il a indiqué: << La plainte est en accord avec la violation de l'article 248 du Code pénal, en raison des irrégularités collatérales de cette situation: ceux qui font les prélèvements sont souvent des volontaires et les gens ne leur font pas signer un consentement comme la loi indique. Ils n’apportent pas d’assistance psychologique à toutes ces personnes qui sont dans un état d’incertitude, de panique, d’angoisse et de terrible dépression».

Face à cette situation, le sénateur de Formose Luis Naidenoff, président de l’Interblock Together for Change, a déposé un habeas corpus collectif et correctif devant la Cour fédérale de la province de demander à l’État de s’abstenir de loger de manière compulsive les personnes atteintes du COVID-19 positif ou qui ont eu des contacts étroits avec un cas confirmé et que l’isolement soit assuré dans des maisons privées. Il a également demandé que les conditions dans lesquelles l’enfermement dans les centres d’isolement soient corrigées, notamment dans celui mis en place au stade du Cinquantenaire.

«Environ 250 personnes ont été hébergées (au stade du Cinquantenaire) pour des cas positifs légers ou des contacts étroits. Les conditions minimales d’hygiène et de santé et les recommandations d’isolement formulées par le ministère de la Santé de la Nation ne sont pas respectées», Il est précisé dans l’habeas corpus.

En apprenant l’arrestation des conseillers, Naidenoff a utilisé son compte Twitter et a publié: «Violence, brutalité et silence. La formule de la répression du gouvernement de Formose contre ceux qui dénoncent les violations des droits de l’homme dans la province. Nous exigeons la libération urgente de @CelesteRuizDiaz et @gabrielaneme ».

J’ai continué à lire:

Ils ont dénoncé la surpopulation et les “conditions inhumaines” dans un centre de soins pour coronavirus à Formose: qu’explique le gouvernement provincial

Luis Naidenoff: “A Formose, personne ne voudra faire des prélèvements de peur d’être privé de sa liberté”

Formose: ils ont dénoncé les violences étatiques contre les membres des communautés wichis qui tentaient de collecter des subventions provinciales