Accueil News International Iran.- L’Iran dit qu’il “n’a pas fait de concessions” aux Etats-Unis dans...

Iran.- L’Iran dit qu’il “n’a pas fait de concessions” aux Etats-Unis dans son accord “technique” et “temporaire” avec l’AIEA

MADRID, 22 ANS (EUROPA PRESS)

Le gouvernement iranien a assuré ce lundi qu ‘”aucune concession n’avait été faite” aux États-Unis dans l’accord conclu avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) pour maintenir les inspections nucléaires dans le pays et a souligné qu’il s’agissait d’un “accord bilatéral et temporaire accord technique “.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Said Jatibzadé, a souligné qu ‘”aucune concession n’a été faite aux Etats-Unis” lors de la visite dans le pays du directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi, tout en ajoutant que l’accord “fait partie de la loi votée. par le Parlement iranien. “

Grossi a noté dimanche que l’accord prévoit le maintien des inspections “nécessaires” de l’agence sur le programme nucléaire iranien, bien que leur accès soit limité. “Nous avons obtenu un résultat raisonnable. Il y a moins d’accès, mais nous serons en mesure de maintenir le degré nécessaire de surveillance et de vérification”, a-t-il déclaré.

De cette façon, il n’y aura plus d’inspections surprises. “Nous sommes parvenus à un accord viable, utile pour surmonter ces différences que nous avons. Sauvez la situation pour le moment”, a déclaré Grossi. L’accord publié stipule que “l’Iran suspend les mesures volontaires envisagées dans le PIAC (Plan global d’action commune, l’accord nucléaire de 2015) à partir du 23 février.”

“L’Iran continuera à se conformer sans limitation à l’Accord de sauvegarde inclus dans le PIAC comme auparavant”, explique la déclaration conjointe de l’AIEA et de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (AIEA). En outre, les deux parties conviennent que l’AIEA “poursuivra la vérification et la surveillance nécessaires des activités pendant trois mois” d’une manière conforme à la loi du Parlement iranien.

En revanche, Jatibzadé a insisté sur le fait qu’il était nécessaire que les États-Unis retirent toutes leurs sanctions et rejoignent l’accord, qu’ils ont unilatéralement abandonné en 2018, s’ils veulent que l’Iran remplisse à nouveau tous ses engagements, selon l’agence de presse iranienne. Mehr.

“La voie pour revenir à l’accord est claire. Ils doivent d’abord remplir leurs obligations en vertu de l’accord nucléaire, puis ils doivent supprimer les pièges, c’est-à-dire les sanctions”, a expliqué le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, réitérant les demandes de Téhéran à Washington. résoudre la crise.

Dans cette optique, le président du Parlement iranien, Mohamad Baqer Qalibaf, a souligné dans la journée que le respect du protocole additionnel prendra fin le 23 février et a ajouté que l’accès des inspecteurs de l’AIEA au-delà de ce qui est stipulé sera interdit. “

L’Iran a annoncé à ce jour le retrait de ses engagements sur plusieurs points de l’accord, ce qui a fait craindre chez le reste des signataires un éventuel effondrement du pacte. Cependant, Téhéran a constamment soutenu que ces mesures peuvent être annulées si les États-Unis retirent les sanctions et reviennent à l’accord.