Accueil News International Israël – Un homme est tué en voiture et 30 sont arrêtés...

Israël – Un homme est tué en voiture et 30 sont arrêtés lors des manifestations contre Netanyahu en Israël

MADRID, 6 (EUROPA PRESS)

Un homme a été tué ce samedi dans l’une des manifestations qui pour la vingt-quatrième semaine consécutive ont eu lieu en Israël contre le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, et qui ont également abouti à 30 arrestations.

L’homme de 82 ans, qui était le père du PDG de Facebook dans le pays, était un habitué des manifestations contre Netanyahu, et a été écrasé dans la ville de Savyon par une jeune femme, bien que la police ait exclu que c’était volontairement après interrogatoire, selon «The Jerusalem Post».

Les manifestants ont une nouvelle fois demandé dans différentes régions du pays la démission du Premier ministre qui comparaîtra ce dimanche devant la justice dans l’une des affaires de corruption en cours.

Des milliers de manifestants sont descendus dans les rues dans différentes parties du pays, tandis que la police a enlevé à Jérusalem une statue de cinq mètres et six tonnes placée illégalement vendredi pour rendre hommage aux manifestants.

LES CHUTES DE LA COALITION AU REGARD

Politiquement, Netanyahu a également subi un revers au cours de la semaine où le Parlement israélien a adopté une résolution préliminaire pour sa dissolution et la convocation d’élections.

Son partenaire gouvernemental et ministre de la Défense, Benny Gant, a assuré dans une interview télévisée que soit un budget pour 2021 est approuvé, soit que le pays ira aux élections pour la quatrième fois en seulement deux ans.

Gantz, chef du parti Kakhol lavan, a voté en faveur de la dissolution du Parlement, malgré le fait qu’en vertu de son accord d’investiture avec Netanyahu, il agit en tant que vice-Premier ministre et prendra ses fonctions en novembre 2021 en tant que son remplaçant.

Dans une intervention cette semaine, Netanyahu a appelé à l’unité, car, au milieu d’une pandémie et avec des alarmes déclenchées en raison d’éventuelles représailles de l’Iran après l’assassinat de l’un des dirigeants de son programme nucléaire, “ce n’est pas le moment. des élections “.