Kayleigh McEnany

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur e-mail Partager sur WhatsApp

Biden surpasse déjà Trump de plus de six millions de voix au niveau national. La campagne Trump a perdu 28 procès dans lesquels elle dénonçait la fraude électorale

L’attachée de presse de la Maison Blanche, Kayleigh McEnany, a évité vendredi de se prononcer sur le moment où le président des États-Unis, Donald Trump, reconnaîtra sa défaite aux élections et a réitéré qu’il y avait “un litige en cours” à cet égard.

McEnany, qui ne s’est pas présenté devant la presse depuis le 1er octobre, a ainsi évoqué la certification des résultats électoraux dans l’État du Michigan et, en parallèle, fait allusion au fait que Trump a obtenu plus de voix aux élections que tout autre. président dans l’histoire de la nation nord-américaine.

«En ce moment, il y a un litige en cours», a-t-il réglé, en se concentrant sur «il y a, à notre connaissance, 74 millions d’Américains qui ont voté pour ce président», ce qu’il a qualifié de «vraiment extraordinaire».

“Il y a des affirmations très réelles selon lesquelles la campagne se poursuit, 234 pages d’affidavits accessibles au public dans un seul comté, le comté de Wayne – dans le Michigan – et deux membres du conseil des élections qui ont refusé la certification”, a poursuivi McEnany. a estimé que “ce sont de vraies déclarations” et “ces personnes méritent d’être entendues”.

Cependant, les deux membres républicains du conseil électoral de Wayne mentionnés par l’attaché de presse de la Maison Blanche ont certifié les résultats des élections, après avoir refusé dans un premier temps de le faire, selon la chaîne de télévision CNN.

En parallèle, McEnany a répété le lien entre le vote par correspondance et la fraude électorale, l’argument utilisé à maintes reprises par Trump. Selon lui, le «vote de masse par correspondance» est un système «particulièrement sujet à la fraude», ce qu’il a affirmé sans présenter aucune preuve.

Le candidat démocrate à la Maison Blanche, Joe Biden, a remporté l’élection du 3 novembre, selon toutes les projections. Cependant, l’actuel président n’a pas reconnu sa défaite et a pointé du doigt une «fraude» commise lors des élections.

LE MICHIGAN CONFIRMERA UNE OFFRE SI AUCUNE PREUVE N’APPARAÎT

Trump a rencontré plusieurs législateurs républicains de l’état du Michigan, l’un de ceux qui ont gagné en 2016 et que Biden lui a arraché à ces élections, ce samedi avec la certification du résultat électoral sur la table.

A l’issue de la réunion, les députés ont publié une déclaration dans laquelle ils ont assuré que “jusqu’à présent, aucune information n’a été notifiée qui pourrait changer le résultat des élections au Michigan”.

“Nous suivrons le processus normal selon la loi concernant les électeurs du Michigan (…) Et les candidats avec le plus de votes remporteront les élections et les votes électoraux du Michigan”, ont-ils indiqué dans le texte dans lequel ils mentionnent également qu’ils ont demandé plus au président fonds fédéraux pour lutter contre la pandémie.

Chaque parlement d’État américain doit certifier les résultats des élections et envoyer ses représentants au collège électoral, l’organe qui choisit formellement le président.

Lors des élections précédentes, ce processus est considéré comme une simple formalité, mais la campagne Trump a tenté de le retarder dans plusieurs États avec ses poursuites devant les tribunaux.

Il n’y a aucune preuve à l’appui des accusations de fraude portées par Trump et ses plus proches alliés pour remettre en question le résultat de l’élection et, selon CNN, la campagne du président américain a déjà perdu 28 poursuites devant différents tribunaux du pays.

De plus, alors que les votes continuent d’être comptés dans différentes parties du pays, la distance que Biden a sur Trump augmente et ce vendredi, elle a déjà dépassé les 6 millions de votes.

Rubriques connexes