Vladimir Poutine (Reuters) Vladimir Poutine (.)

Le président russe, Vladimir Poutine, prolongé l’embargo alimentaire jusqu’à la fin de 2021 imposées en réponse aux sanctions adoptées par l’Union européenne (UE), les États-Unis et d’autres pays sur le rôle de la Russie dans le conflit ukrainien.

Le décret présidentiel ordonne prolonger jusqu’au 31 décembre de l’année prochaine “mesures économiques spéciales” pour assurer la sécurité du pays.

De cette façon, La Russie maintient l’interdiction des importations de produits alimentaires des pays qui ont sanctionné de hauts responsables russes, des banques, des entreprises et des sociétés pétrolières après Annexion russe de la Crimée et déclenchement de la guerre dans le Donbass, Ukraine orientale (2014).

La première fois que la Russie a imposé cet embargo alimentaire, qu’elle prolonge chaque année, était en août 2014 contre l’UE, les États-Unis, l’Australie, la Norvège et le Canada, auquel j’ajouterais en 2015 Albanie, Monténégro, Islande et Liechtenstein, et en 2016 le Ukraine.

En 2017, Moscou a ajouté des porcs vivants et divers sous-produits et graisses animales à la viande, aux produits laitiers, au poisson, aux légumes et aux fruits.

En outre, Poutine a par la suite ordonné que toutes les marchandises périssables occidentales entrant illégalement sur le marché russe soient détruites..

Un militaire russe déployé en Crimée (Europa Press / Archive) Un militaire russe déployé en Crimée (Europa Press / Archive)

Poutine a prolongé l’embargo sur l’Occident heures avant de participer au sommet du G20 (groupe d’économies développées et émergentes) dans lequel il mettra l’accent sur nécessité d’efforts communs pour lutter contre le covid-19 Oui son impact sur l’économie mondiale.

Cette semaine, il a averti que des dizaines de millions de personnes pourraient finir dans la rue en raison de la pandémie de coronavirus, qui dans le cas de la Russie, entre autres facteurs, a provoqué une Contraction de 3,6% de l’économie au cours des dix premiers mois de l’année.

L’UE, qui ne reconnaît pas l’annexion russe de la Crimée, subordonne la fin des sanctions économiques contre la Russie à la pleine application des accords de Minsk pour la résolution du conflit dans le Donbass entre Kiev et les séparatistes pro-russes.

Pendant ce temps, Poutine a admis que l’embargo est, en réalité, une mesure protectionniste visant à protéger le marché agroalimentaire russe, incapable de rivaliser avec les exportations occidentales.

De nombreux producteurs russes souhaitent que l’embargo sur l’Occident soit prolongé le plus longtemps possible.

(Avec des informations d’.)

PLUS SUR CES SUJETS:

La tension du «Grand Jeu» grandit dans les eaux asiatiques et en mer de Chine

Comment Abiy Ahmed est passé du prix Nobel de la paix à la déclaration d’une guerre civile en moins d’un an