Accueil News International Le Brexit sans accord met l’Europe à bout: Boris Johnson prépare une...

Le Brexit sans accord met l’Europe à bout: Boris Johnson prépare une cassure sans accord et les marchés réagissent avec des baisses

Boris Johnson et Ursula von der Leyen (Reuters) Boris Johnson et Ursula von der Leyen (.)

Négociations entre l’Union européenne (UE) et le Royaume-Uni pour un accord post-Brexit Ils sont toujours bloqués ce lundimalgré un effort de dernière minute lancé par les deux parties ce week-end, ont déclaré des diplomates européens. Du côté britannique, bien qu’il soit prêt à trouver un accord, le gouvernement du conservateur Boris Johnson se prépare à une sortie brutale.

Le principal négociateur européen, le Français Michel Barnier, a informé les ambassadeurs des membres de l’UE que aucun progrès n’avait été réalisé sur les trois points bloquant l’accord. Ce sont les trois mêmes problèmes qui ont bloqué la voie vers un accord au cours des deux derniers mois: garanties de concurrence loyale exigées de Londres par Bruxelles, accès des navires européens aux riches eaux de pêche britanniques et comment résoudre les futurs désaccords.

Les contacts se poursuivraient dans la journée de lundi, selon Barnier a déclaré aux diplomates européens. En fin de compte, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le Premier ministre Boris Johnson ont prévu un contact téléphonique qui pourrait sceller le sort des négociations.

Comme indiqué par The Sun et le Daily Mail, Johnson n’envisage de céder à aucune des revendications et pourrait quitter la table des négociations si Bruxelles ne donne pas son bras, avec un délai de 48 heures. L’ultimatum pourrait être rendu public ce soir après le dialogue avec Von der Leyen, ont rapporté les tabloïds.

En outre, le gouvernement britannique est analyser les perspectives d’une sortie sans accord, ce qui, dans un scénario pessimiste, entraînerait une pénurie de médicaments au premier trimestre, ainsi que des manifestations, des hausses des prix de la nourriture et du carburant, et un risque accru de terrorisme.

Si un accord n'est pas conclu, les relations deviendraient comme celles de deux blocs communs, selon les règles de l'Organisation mondiale du commerce, sans traité facilitant le lien Si un accord n’est pas trouvé, les relations deviendraient comme celles de deux blocs communs, selon les règles de l’Organisation mondiale du commerce, sans traité qui facilite le lien

Pessimisme sur les marchés

Les actions européennes s’échangent en négatif lundi, en partie en raison du manque d’accord et également en raison de la tension croissante entre les États-Unis et la Chine, qui a réduit l’appétit pour les actifs à risque. Les exportateurs basés au Royaume-Uni sont encouragés par la baisse de la livre en raison de l’incertitude entourant la sortie brutale de l’Union européenne.

L’indice allemand DAX, très exposé au commerce international, a baissé de 0,4% et l’indice paneuropéen STOXX 600 de 0,6%. Les banques ont mené les baisses en Europe, en baisse de 1,7%, alourdies par les rendements obligataires de la zone euro. Cependant, le FTSE 100 de Londres a augmenté de 0,3%, les secteurs de la consommation et de la santé étant en tête des gains.

La Bourse de Francfort fait partie de ceux qui ressentent le manque d'accord pour une sortie consensuelle du Royaume-Uni (REUTERS / Staff) La bourse de Francfort fait partie de celles qui ressentent l’absence d’accord pour une sortie consensuelle du Royaume-Uni (REUTERS / Staff)

Contre-la-montre: que se passe-t-il s’il n’y a pas d’accord

En tout cas, le secrétaire britannique aux Affaires étrangères, James Cleverly, a assuré ce lundi que Londres veut négocier avec l’UE “au point où il n’y a plus rien à négocier ou jusqu’à ce qu’un accord soit trouvé”, il a dit à la BBC.

Vendredi dernier, les équipes de négociation ont annoncé une “pause” des pourparlers à Londres en raison de l’impossibilité de résoudre les désaccords, et samedi après-midi, Von der Leyen et Johnson ont déjà eu une conversation téléphonique. Lors de ce contact, Von der Leyen et Johnson ont convenu d’une réunion des négociateurs dimanche à Bruxelles pour évaluer les mécanismes de résolution des différends.

Le Royaume-Uni s’est officiellement retiré de l’Union européenne cette année et les parties se sont mises d’accord sur une période de transition jusqu’au 31 décembre de cette année, date à laquelle Londres sortira définitivement du marché unique et de l’union douanière.

Cette période de transition a été définie précisément pour que Londres et Bruxelles négocient un accord sur le fonctionnement de leur relation commerciale à partir du 1er janvier 2021, mais jusqu’à présent, les efforts pour parvenir à cet accord n’ont pas abouti.

Si les parties ne parviennent pas à un accord, À compter du 1er janvier 2021, les relations commerciales seraient régies par les règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), scénario que les parties entendaient éviter.

(Avec des informations de l’. et de l’.)

PLUS SUR CE SUJET:

Les Irlandais craignent de devoir manger le Brexit sans pommes de terre

Gibraltar affligé par la menace d’une «frontière dure» avec l’Espagne