Joe Biden, dans le fichier image / Europa Press

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur e-mail Partager sur WhatsApp

Le FBI a également révélé qu’il détenait des informations relatives à “diverses menaces” non seulement à propos de Biden avant son investiture, mais aussi sur la vice-présidente élue, Kamala Harris, et la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi.

Le FBI a alerté ce lundi le reste des autorités et agences fédérales de la possibilité de “manifestations armées” dans les différentes capitales des Etats dans les jours précédant l’investiture imminente du président élu, Joe Biden, le 20 janvier sur les marches. du Capitole à Washington.

Le document, qui rassemble les informations de plusieurs agences fédérales, telles que les départements Défense, Alcool, Tabac, Armes à feu et Explosifs (ATF), ou Contrôle des drogues (DEA), fait écho à l’appel d’un groupe de l’extrême droite qui, ces derniers jours, promeut un nouvel «assaut» dans le cas où le président, Donald Trump, serait démis de ses fonctions avant l’investiture de Biden.

“Ce groupe identifié prévoit également de ‘piller’ les bureaux du gouvernement, y compris dans le district de Columbia et dans tous les États, indépendamment du fait que les États aient certifié les votes électoraux pour Biden ou Trump, le 20 janvier”, indique le bulletin publié. au début sur ABC.

Le FBI a également révélé qu’il disposait d’informations liées à “diverses menaces” non seulement à propos de Biden avant son investiture en tant que président, mais également à propos de la vice-présidente élue, Kamala Harris, et de la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi.

Le rapport du FBI a été rendu public, tandis que les mesures de sécurité sont intensifiées pour éviter des épisodes comme celui du 6 janvier, au cours duquel six personnes sont mortes, dont deux agents de la police du Capitole.

La maire de Washington, Muriel Bowser, avait demandé lundi au département de la Sécurité intérieure de renforcer la sécurité autour du Capitole pour la séance d’inauguration, en plus de demander au FBI de présenter “un dossier sur d’éventuelles menaces et des informations tous les jours »jusqu’au 24 janvier prochain.

«J’ai peur pour notre démocratie car nous avons des factions très extrêmes dans notre pays qui sont armées et dangereuses. Le “trumpisme” ne mourra pas le 20 janvier “, a averti Bowser, qui a déjà émis un ordre il y a quelques jours pour prolonger de 15 jours l’état d’urgence et le couvre-feu à Washington.

L’incitation présumée à la violence de Trump a entraîné une pression accrue pour qu’il quitte ses fonctions avant la cérémonie d’inauguration. Cela a également conduit à l’ouverture d’un procès politique ou “mise en accusation” contre lui pour “incitation à l’insurrection”.

Rubriques connexes