Dans l'image, le président du Pérou, Francisco Sagasti.  EFE / Paolo Aguilar / Archives Dans l’image, le président du Pérou, Francisco Sagasti. . / Paolo Aguilar / Archives

Lima, 21 novembre . .- Le président du Pérou, Francisco Sagasti, a rencontré ce samedi les proches d’Inti Sotelo et de Jack Bryan Pintado, les deux jeunes étudiants décédés lors de la répression policière des manifestations massives à Lima du semaine dernière.
Sagasti, qui a pris la direction de l’Etat mardi, a reçu au Palais du Gouvernement les proches des victimes mortelles, et d’autres jeunes blessés, à peine une semaine après la répression des manifestations contre le régime assumées par Manuel. Merino, qui a démissionné de ses fonctions le lendemain.
“Il y a exactement une semaine, la vie de deux jeunes Péruviens a été perdue dans les manifestations de défense de la démocratie. Inti et Bryan méritent justice et leur mort ne restera pas impunie”, a souligné le président sur son compte Twitter officiel.
Sagasti a ajouté que, pour cette raison, il a reçu aujourd’hui “ses parents et les proches des blessés”, car il estime qu ‘”il est essentiel de refermer cette blessure” et pour cela il doit “identifier et punir rapidement les responsables”.
RÉMUNÉRATION AUX FAMILLES
Avant la rencontre avec le président, l’avocat de la famille Pintado, Jack Sotomayor, a déclaré qu’ils allaient demander au président de “compenser” les débiteurs avec un montant financier et de leur accorder un “soutien psychologique”.
“La famille a été très affectée. La grand-mère de Jack est très affectée, elle ne peut pas dormir, elle prend des pilules et c’est grave”, a-t-il déclaré à la radio RPP Noticias.
Selon l’avocat, des représentants du domaine juridique de la présidence péruvienne allaient également participer à la réunion, avec lesquels il prévoyait de discuter des montants de l’indemnisation éventuelle.
“Il existe déjà des cas similaires qui ont affecté des droits fondamentaux tels que la vie et des indemnisations ont été faites, nous voulons aller dans le même sens”, a-t-il fait remarquer.
DÉMONSTRATION À LIMA
Depuis l’après-midi de ce samedi, des centaines de personnes, pour la plupart des étudiants et des militants, se sont à nouveau rassemblées sur la Plaza San Martín, dans le centre historique de Lima, épicentre des manifestations massives de la semaine dernière.
Au cours du rassemblement, qui s’est déroulé dans le calme, les citoyens ont demandé au Gouvernement d’enquêter et de punir les responsables de la mort de Sotelo et Pintado, et ont demandé qu’une nouvelle Constitution soit rédigée pour remplacer celle adoptée en 1993, pendant le gouvernement d’Alberto Fujimori.
Précisément, avant cette manifestation, Sagasti avait également annoncé sur Twitter que la police serait présente, mais avait donné «l’ordre que tous les policiers soient correctement identifiés».
«Le gouvernement respecte pleinement le droit à la protestation des citoyens», a-t-il fait remarquer.
ENQUÊTE ET SANCTION
Lors d’une précédente cérémonie au cours de laquelle il avait été reconnu chef suprême des forces armées et de la police nationale, le président avait critiqué “la mauvaise performance” de certains agents “face aux manifestations et protestations légitimes des citoyens”.
“Cette situation ne va pas durer et ne peut plus continuer”, a-t-il déclaré avant d’assurer que son gouvernement “identifiera pleinement les responsables” de la répression et appliquera “la rigueur appropriée” selon la loi péruvienne.
Malgré cela, Sagasti a également fait savoir “parfaitement” qu’il n’est pas possible de “généraliser ou stigmatiser une institution qui est fondamentale” pour le système démocratique “et pour une relation avec les citoyens”.