Le dictateur vénézuélien Nicolás Maduro (EFE / MIGUEL GUTIERREZ) Le dictateur vénézuélien Nicolás Maduro (. / MIGUEL GUTIERREZ)

Le dictateur vénézuélien Nicolás Maduro cherchera cela L’une des premières tâches de la prochaine Assemblée nationale, dont la légitimité est rejetée par une grande partie de la communauté internationale, est de juger l’opposant et actuel président par intérim, Juan Guaidó..

Cela a été assuré ce vendredi, en supposant que le prochain corps législatif issu des élections du 6 décembre sera totalement fidèle au régime.

«Une tâche au parlement est installer une super-commission parlementaire pour enquêter sur la corruption de Juan Guaidó et contre les voleurs de l’actuelle Assemblée nationale “Maduro a parlé du plus haut organe législatif du Venezuela, qui sera installé le 5 janvier.

Selon le journal El Nacional, le dictateur a indiqué que Tous les députés qu’il accusait de s’approprier les biens de la République tels que Monomeros et Citgo doivent faire l’objet d’une enquête.

Le chef de l'opposition vénézuélienne Juan Guaidó (EFE / Miguel Gutiérrez / File) Le chef de l’opposition vénézuélienne Juan Guaidó (. / Miguel Gutiérrez / File)

Dans cet objectif, Maduro propose de réaliser une “référendum”. «Nous demanderons aux quartiers s’ils acceptent de juger Guaidó. Les gens de la rue ont la parole », a-t-il ajouté.

Maduro a également menacé de se diriger vers établissement de ce qu’il a appelé un “Démocratie radicale et révolutionnaire” à partir de 2021, avec l’installation de la nouvelle Assemblée nationale issue des élections législatives contestées du 6 décembre.

Pour cela, il a demandé l’approbation de des lois qui promulguent et promeuvent ce qu’il a appelé des «parlements communaux», dans lequel, a-t-il expliqué, des lois devraient être créées dans les communautés. le “Villes communales”, comme l’emblème maximum du soi-disant pouvoir communal.

«Copei a déjà commencé à dire que nous voulons éliminer les maires et critiquer les communes. Les mairies sont là et continueront là-bas parce que c’est un mandat constitutionnel, mais on va donner plus de pouvoir aux communes. Ils doivent comprendre que c’est un pouvoir qui aura encore plus de pouvoir. Nous nous dirigeons vers la ville communale », a-t-il déclaré, donnant la directive que il essaie de s’immiscer dans le pouvoir législatif.

Le 6 décembre, des élections auront lieu pour l'Assemblée nationale qu'une grande partie du monde considère comme illégitime Le 6 décembre, des élections auront lieu pour l’Assemblée nationale qu’une grande partie du monde considère comme illégitime

Pendant ce temps, l’équipe de Juan Guaidó a modifié ce jeudi les questions de la Consultation populaire qui se tiendra du 5 au 12 décembre et il les a élargis à trois, au lieu des deux initiaux.

Le président par intérim a rencontré les forces démocratiques de l’opposition au cours du mois de septembre, pour proposer une série de lignes directrices avec lesquelles, à travers sa direction, ils recherchent unir leurs forces pour mettre fin à l’usurpation de Nicolás Maduro au pouvoir et réaliser un changement politique pour la nation sud-américaine.

Parmi les propositions faites par le gouvernement intérimaire se détachait celle du mener une consultation populaire auprès des citoyens vénézuéliens qui se trouvent à la fois à l’intérieur et à l’extérieur du territoire national sur les mécanismes à utiliser pour finaliser le départ du régime de Nicolás Maduro.

Cette consultation est basée sur trois questions spécifiques avec lesquelles l’intérim cherche à recevoir le soutien de la souveraineté vénézuélienne afin d’agir sur la base du soutien populaire et d’obtenir le départ de Maduro.

Continuer à lire:

Ce sont les nouvelles questions de la consultation populaire approuvée par l’Assemblée nationale pour le départ de Maduro

L’Espagne ignorera les élections législatives du 6 décembre organisées par le régime vénézuélien