Accueil News International Le taux d’occupation des lits de soins intensifs au Chili atteint 92%

Le taux d’occupation des lits de soins intensifs au Chili atteint 92%

SANTIAGO (AP) – Certains hôpitaux régionaux du Chili ont commencé à manquer de lits dans leurs unités de soins intensifs. Comme l’a rapporté jeudi le ministère de la Santé, l’occupation moyenne de ces derniers sur tout le territoire est d’environ 92%.

La situation due au manque de lits de soins intensifs devient critique en raison de l’augmentation des infections au COVID-19 et il y a des chirurgies graves qui ne peuvent pas être reportées après plus de dix mois de la pandémie.

L’hôpital Carlos Van Buren, à Valparaíso, le Gustavo Fricke, à Viña del Mar – à 120 kilomètres de Santiago – et l’hôpital régional de la ville d’Antofagasta ont enregistré dans les dernières heures une occupation totale ou presque totale (99%) de leurs lits L’UCI et l’occupation étaient très à la limite dans des régions comme Tarapacá, au nord. et Biobío, au sud. Dans la plupart des cas, la situation a été résolue en ouvrant davantage de places, mais c’est un fait qui inquiète les autorités et la population.

“Il y a des régions qui sont dans une situation de plus grande occupation des lits de soins intensifs” comme Valparaíso, Antofagasta, Araucanía et la région de Los Lagos, a déclaré le ministre de la Santé, Enrique Paris, notant que les autorités sanitaires les visitent deux dernières régions situées à environ 700 et 900 kilomètres au sud de Santiago à la recherche de solutions.

“Actuellement, tous les lits de l’unité de traitement intensif ne sont pas occupés par des patients COVID, seulement 56%”, a déclaré Paris. Cependant, a-t-il ajouté, “nous ne pouvons pas laisser dans une attente infinie les personnes qui figurent sur la liste chirurgicale et qui souffrent de maladies graves telles que le cancer”, a-t-il ajouté, faisant référence au difficile équilibre de la gestion des lits de soins intensifs dans le pays afin qu’ils puissent prendre soin des patients COVID. sans laisser de côté d’autres affections graves.

Cependant, le ministre a comparé la situation actuelle – avec 2 302 lits occupés – au pire de juillet de l’année dernière – 3 216 – et a assuré que «nous avons la possibilité d’une croissance de plus de 900 lits».

Paris a déclaré que vendredi les transferts aériens de patients avec l’aide des forces armées reprendraient, comme on le voit au pire moment de la pandémie.

Les autorités de la faculté de médecine de Valparaíso ont demandé pour leur part d’éliminer les permis de vacances interrégionaux controversés du gouvernement permettant aux Chiliens de prendre des vacances entre janvier et fin mars en raison de l’augmentation des infections dans les régions.

Le Chili enregistre 685 017 infections -4 363 au cours des dernières heures- et 17 702 décès, dont 108 le dernier jour.