Accueil News International Le Venezuela qualifie de “frauduleuse” la décision d’un tribunal sur la vente...

Le Venezuela qualifie de “frauduleuse” la décision d’un tribunal sur la vente de Citgo

Dans l'image, le ministre des Affaires étrangères du Venezuela, Jorge Arreaza.  EFE / Miguel Gutiérrez / Archives Dans l’image, le ministre des Affaires étrangères du Venezuela, Jorge Arreaza. . / Miguel Gutiérrez / Archives

Caracas, 16 janvier . .- Le gouvernement de Nicolás Maduro a qualifié ce samedi de “frauduleuse” la décision du tribunal américain qui a autorisé la vente des actions de Citgo, la principale filiale de la société d’État Petróleos de Venezuela (PDVSA), en compensation à la société minière canadienne Crystallex pour la nationalisation d’un actif.
“C’est un processus judiciaire frauduleux, une fraude procédurale qui vise à prendre au peuple de la République bolivarienne du Venezuela l’un de ses principaux atouts ou le principal atout qu’il possède à l’étranger”, a déclaré le ministre vénézuélien des Affaires étrangères Jorge Arreaza, lisant un communiqué.
Jeudi, le juge du district fédéral du Delaware (États-Unis) Leonard Stark a autorisé la vente d’actions Citgo, qui exige que le Venezuela paie 1,4 milliard de dollars pour la nationalisation de 2008 de la or Las Cristinas.
ACCUSATIONS CONTRE GUAIDÓ
Pour le gouvernement Maduro, cette décision fait partie d’un “réseau illégal” créé par l’opposition Juan Guaidó, que les États-Unis reconnaissent comme président par intérim, et le “procureur spécial” que le dirigeant a nommé lors de sa proclamation en fonction en 2019, José Ignacio Hernández.
Selon Arreaza, Guaidó et Hernández – qu’il a qualifié de fugitifs de la justice – ont créé ce «cadre» pour «s’approprier les actifs» du Venezuela à l’étranger et «faciliter la remise du patrimoine» aux «puissances étrangères par une gigantesque fraude. de procédure”.
En ce sens, il a souligné que le “seul but” de ce processus “était de fournir un voile juridique à la remise criminelle des avoirs de tous les Vénézuéliens au gouvernement de Donald Trump, à un groupe d’hommes d’affaires liés à ce” et aux opposants vénézuéliens, qui n’a pas précisé.
“Cette condamnation, aux dernières heures du gouvernement sortant de Donald Trump, confirme que les relations internationales de cette administration sont motivées par la haine, le pillage, la vengeance et l’abus de pouvoir en tant qu’exercice criminel de la puissance publique”, a-t-il ajouté.
CRITIQUE DU JUGE
De même, le ministre vénézuélien des Affaires étrangères a critiqué l’action du juge américain et l’a qualifiée d ‘”hostile” pour avoir suggéré à “d’autres créanciers” de se présenter pour participer à la “ruée” sur les actions de Citgo.
Arreaza a également déclaré que les représentants “légitimes” du Venezuela n’ont pas pu participer au procès parce qu’ils ont été empêchés de participer “par l’imposition de mesures coercitives unilatérales”.
Le gouvernement de Donald Trump ne reconnaît pas Maduro comme président du Venezuela et a montré son soutien à Guaidó, qui le 23 janvier 2019 a été proclamé président par intérim après avoir ignoré le nouveau mandat du chef du parti au pouvoir pour avoir remporté des élections qualifiées de frauduleuses. .
Quelques jours après sa proclamation, le gouvernement américain a imposé des sanctions à PDVSA, notamment le blocage des fonds Citgo afin de les transférer à l’équipe du chef de l’opposition.
Depuis lors, Guaidó assure qu’il cherche à «protéger» Citgo, la société faisant face à plusieurs poursuites pour non-paiement de dettes contractées par l’exécutif vénézuélien.
En raison des sanctions que les États-Unis ont imposées au gouvernement Maduro, les plaignants, y compris Crystallex, ne peuvent pas agir sur les actifs.
Dans le cas particulier de la société minière canadienne, elle doit obtenir une licence de l’Office of Foreign Assets Control (OFAC) du Département du Trésor pour réaliser l’opération, en raison des sanctions imposées par Washington au pays des Caraïbes.