Accueil News International Les députés d’origine syndicale ont demandé d’étendre les déductions et exemptions pour...

Les députés d’origine syndicale ont demandé d’étendre les déductions et exemptions pour le nouveau projet Profit

Sergio Massa a reçu plusieurs députés d'origine syndicale pour parler des revenus Sergio Massa a reçu plusieurs députés d’origine syndicale pour parler des revenus

Douze députés nationaux du Frente de Todos, d’origine syndicale, ont rencontré Sergio Massa en sa double qualité de président de la Chambre des députés et auteur du projet de loi visant à modifier l’impôt sur le revenu et à fixer un minimum de 150 000 $ pour payer cet impôt. Selon l’enquête qu’il a menée Infobae, plusieurs ont quitté la réunion satisfaits car des progrès ont été intégration éventuelle des propositions qui pourraient étendre les exonérations et déductions de la taxe.

La réunion a eu lieu ce lundi, quelques jours après que le président Alberto Fernández a inclus le sujet dans les sessions extraordinaires, ce qui est presque symbolique depuis la prochaine Lundi 1er mars, les sessions ordinaires reprennent et le gouvernement ne sera plus celui qui active les sujets. La réunion a été le début des négociations pour faire avancer un projet qui a obtenu un large consensus depuis sa présentation mais pour lequel plusieurs blocs ont des propositions et des demandes d’améliorations.

Les députés qui ont participé, en plus de Massa et de la secrétaire du bloc, Cristina Álvarez Rodríguez, étaient Walter Correa (Tanneurs), Pablo Carro (CTA des travailleurs de Cordoue), Vanesa Siley (Sitraju), Facundo Moyano (Tolls), Hugo Yasky ( Secrétaire général du CTA), Claudia Ormachea (Banque), Carlos Ponce (Union des plastiques et secrétaire générale CGT Villa Mercedes), Patricia Mounier (Sadop de Santa Fe), Carlos Cisneros (La Bancaria), Carlos Ortega (Secrétaire général Secasfpi, syndicat des travailleurs d’Anses) María Rosa Martínez (Confédération générale des travailleurs) et Estela Hernández, du syndicat et le seul député qui n’était pas présent et connecté à distance. Le chef du bloc Frente de Todos, Máximo Kirchner, qui s’est rendu à Santa Cruz la semaine dernière, n’était pas là.

Les législateurs d’origine syndicale ont présenté des propositions visant à prendre en compte certaines exonérations au paiement de l’impôt, au-delà de 150 000 pesos. Ils ont convenu de se revoir dans les 48 heures et analyser la possibilité de modifier le projet qui, en l’état, implique que 1 200 000 travailleurs cessent de payer, l’équivalent de 40 000 millions de pesos.

Moyano, ancien chef du syndicat des péages, a parlé d’un projet de sa paternité qui cherche à exempter du paiement des gains à la prime de Noël, les heures supplémentaires, le supplément pour les heures de nuit, les jours fériés obligatoires et les jours non travaillés travaillés et également les supplémentaires pour la productivité, l’efficacité, la zone, le déracinement, l’exécution de travaux pénibles, dangereux ou insalubres. Dans la même initiative, il a demandé d’ajouter l’indemnité légale ou conventionnelle dérivée de la relation de travail.

image-infobae

D’autre part, Moyano a présenté une liste de déductions parmi lesquelles Il comprenait le chiffre de l’union de fait ou de la concubine, la double déduction pour les ménages monoparentaux, la double déduction pour les contribuables handicapés, jusqu’à 60 000 $ de remboursement pour l’inhumation et aussi les prêts hypothécaires.

Comme d’autres législateurs, il a mis en garde contre la nécessité de fixer des échelles à l’avenir. Dans son initiative, il les encourage à être soumis au RIPTE (préparé par le ministère du Travail) et à l’indice d’inflation calculé par Indec, pas seulement au minimum non imposable, pour éviter que davantage de travailleurs ne paient des bénéfices.

La première réunion pour les bénéfices a eu lieu dans le Hall d’honneur et était en personne. Il est prévu que dans les prochains jours les visites du chef de l’AFIP, Mercedes Marcó del Pont; le ministre du Travail, Claudio Moroni, ainsi que le ministre de l’Économie, Martín Guzmán, ou un représentant de ce portefeuille. En tout cas, il y a encore une nouvelle discussion au Congrès sur le fonctionnement à distance, dont le protocole est expiré, ce qui obligerait les réunions de cette semaine à être uniquement informatives. Le plan est de discuter en profondeur du projet Profits au cours de la première quinzaine de mars.