La photo de famille atypique du G20 qui cette année a été prise pratiquement en raison de la pandémie La photo de famille atypique du G20 qui cette année a été prise pratiquement en raison de la pandémie

Le sommet virtuel du G20, axé cette année sur la sortie de la crise provoquée par le covid-19, et le renforcement de la coopération entre ses membres pour lutter contre la pandémie, s’est achevé ce samedi après une deuxième session tenue par les dirigeants du groupe et la publication d’une déclaration finale. Dans le texte, approuvé par consensus, Les dirigeants du G20 se sont engagés à «ne ménager aucun effort» pour assurer un accès équitable aux vaccins CODIV-19 dans le monde.

La déclaration, sur un ton consensuel, énumère quelques mesures concrètes. “Nous n’épargnerons aucun effort pour assurer son accès abordable et équitable pour tous”, déclare vaguement le texte.

Le roi saoudien Salman bin Abdulaziz prononce un discours virtuel lors de la séance d'ouverture du 15e sommet annuel des dirigeants du G20 à Riyad, en Arabie saoudite Le roi saoudien Salman bin Abdulaziz prononce un discours virtuel lors de la séance d’ouverture du 15e sommet annuel des dirigeants du G20 à Riyad, en Arabie saoudite

Dans la déclaration finale, Les membres du G20 s’engagent à apporter les fonds qui manquent encore à l’initiative COVAX, grâce à laquelle les pays à revenu intermédiaire et élevé peuvent financer les plus pauvres pour qu’ils reçoivent également les vaccins contre le covid-19. Cet instrument nécessite encore 28 milliards de dollars de financement, dont 4,2 milliards de dollars sont nécessaires avant la fin de l’année.

Cependant, dans le texte, il n’y a plus de mesures pour atténuer la situation des nations les plus défavorisées, bien que ce soit l’un des points les plus importants de l’ordre du jour de plusieurs participants. La déclaration finale se limite à réitérer les engagements déjà acquis tout au long de l’année par le Groupe avec les pays les plus vulnérables, comment maintenir la suspension de la dette pour eux jusqu’en juin 2021, ignorant pour l’instant l’appel lancé par l’ONU pour qu’elle dure jusqu’à la fin de l’année prochaine.

Le groupe souligne également «la nécessité urgente de contrôler la propagation du virus, clé pour soutenir la reprise économique mondiale. Nous sommes déterminés à continuer d’utiliser tous les outils politiques disponibles chaque fois qu’ils sont nécessaires pour sauvegarder la vie, l’emploi et les revenus des personnes, ainsi que la reprise économique mondiale et améliorer la résilience du système financier ».

De manière générale, le G20 s’est engagé à «progresser dans la préparation, la prévention, la détection et la riposte» aux pandémies mondiales et à «renforcer l’efficacité générale» des agences des Nations Unies, l’Organisation mondiale de la Santé en particulier. , dont ils rappellent leur «engagement pour la transparence».

Les dirigeants du groupe se disent également “déterminés à mettre en œuvre” la soi-disant Initiative de suspension du service de la dette (DSSI), “y compris sa prolongation jusqu’en juin 2021”, indique le texte. 29 des pays les plus favorisés au monde utilisent ce mécanisme pour permettre aux pays pauvres qui leur sont endettés de suspendre le paiement des intérêts sur leurs dettes jusqu’en juin 2021. Mais alors que les Nations Unies prévoyaient que cette période serait prolongée jusqu’à la fin de 2021 , le G20 laisse “l’examen” de cette question entre les mains de ses ministres des Finances l’année prochaine.

La déclaration finale utilise un ton plus consensuel que lors des derniers sommets du G20, marqués par le conflit sur le climat et le commerce, souvent en raison des réticences de Donald Trump

Dès que à l’environnement, les pays signataires de l’Accord de Paris, parmi lesquels les États-Unis ne sont plus, «réaffirment leur attachement à sa pleine mise en œuvre, reflétant les responsabilités communes mais différenciées et les capacités respectives, à la lumière des différentes circonstances nationales ».

Et lorsqu’il s’agit de commerce, après des années d’affrontement entre l’administration américaine de Trump et la Chine, mais aussi avec leurs partenaires européens, le texte affirme cette fois que “Soutenir le système commercial multilatéral est plus important que jamais.”

Le sommet des 20 plus grandes économies du monde s’est tenu cette année par vidéoconférence sous la présidence de l’Arabie saoudite, pays très critiqué par les organisations de défense des droits de l’homme. “Nous avons beaucoup accompli cette année, nous avons rempli notre engagement de continuer à travailler ensemble pour relever le défi du covid-19 pour sauver des vies et des moyens de subsistance, et protéger les groupes les plus vulnérables”, a déclaré le roi Salmán bin dans un communiqué final. Abdelaziz. Après avoir remercié les autres dirigeants du groupe pour leur participation aux deux jours qu’a duré le forum, il a passé le relais au président italien, Giussepe Conte, qui assurera la présidence du G20 l’année prochaine.

PLUS SUR CE SUJET:

La Banque mondiale a averti les dirigeants du G20 que les désastreux défauts des années 80 pourraient se répéter

Les dirigeants du G20 ont discuté de l’accès universel au vaccin contre le coronavirus: “Nous ne serons pas en sécurité tant que tout le monde ne sera pas en sécurité”

La Russie a assuré que son vaccin contre le coronavirus sera moins cher que celui de ses concurrents Pfizer et Moderna