Sympathisants du Front national anti-AMLO (FRENA), défilez dans les rues pour exiger la démission du président mexicain Andr s Manuel L pez Obrador aujourd'hui à Mexico (Mexique).  EFE / Jos  M ndez Sympathisants du Front national anti-AMLO (FRENA), défilez dans les rues pour exiger la démission du président mexicain Andr s Manuel L pez Obrador aujourd’hui à Mexico (Mexique). . / Jos M ndez

Mexique, 21 novembre . .- Des centaines d’opposants au président du Mexique, Andrés Manuel López Obrador, ont défilé ce samedi sur l’avenue centrale Reforma, dans la capitale mexicaine, pour insister sur la démission du président, qu’ils ont critiqué et lancé des slogans.
Les protagonistes de la manifestation étaient une fois de plus les membres du Front national anti-AMLO, initiales du président, autoproclamé Frenaaa, qui ont quitté le Monument de la Révolution vers le Zócalo à Mexico, bien qu’ils aient changé leur fin et se soient rendus à l’Auditorium national.
Au cours de la tournée, la mobilisation intitulée «Le grand réveil du Mexique, cette fois nous serons des millions», a décidé de faire un arrêt à l’Ange de l’Indépendance où ils ont tenu un rassemblement et critiqué la gestion du président mexicain et ont insisté sur le fait que «c’est déchirer et diviser. “
“Sortez, Lopez!”, “Partez, Lopez!”, “! Communiste Lopez!” et “López, je regrette d’avoir voté pour vous!” étaient quelques-uns des slogans que les détracteurs du président arboraient sur des banderoles et des banderoles.
L’organisation, ouvertement opposée au président mexicain, a pour principal objectif d’exiger la «démission» de López Obrador et a tenté de faire pression sur le président avec différentes manifestations.
Le premier a eu lieu à bord de voitures et a sonné des klaxons, bien que le plus connu ait été l’occupation du Zócalo de la capitale lors d’un voyage de camping qui a commencé le 23 septembre et qu’ils ont à peine enlevé le 18 novembre.
Lors de cette manifestation, l’organisation a occupé tout le plateau du Zócalo avec quelque 500 tentes, mais les médias locaux ont souligné que la plupart n’étaient pas occupés et que les manifestants n’avaient pas atteint la centaine, ce que les organisateurs eux-mêmes ont accepté.
L’organisation, accusée d’avoir le soutien financier de plusieurs hommes d’affaires, s’est manifestée à de nombreuses reprises ces derniers mois et exige que López Obrador démissionne avant que les deux ans ne se soient écoulés depuis qu’il a commencé son mandat, le 1er décembre 2018. , et cela prendra fin le 30 novembre 2024, bien que son départ puisse se produire par une révocation du mandat auquel il se soumettra en mars 2022.
C’est à la fin du mois de mai que la première manifestation contre les véhicules a eu lieu lorsque des centaines de conducteurs ont avancé dans une caravane et ont klaxonné sur l’avenue centrale Reforma de la capitale mexicaine.