Diego Ortega / NV

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur e-mail Partager sur WhatsApp

«Je suppose que ceux qui ont pris d’assaut la mairie de l’Alcazar de San Juan encouragés par la gauche en 2014, se refléteront dans l’assaut contre le Capitole de Washington. La saisie de tout bâtiment officiel par la force est tout aussi antidémocratique, que ce soit aux États-Unis ou à Alcázar ». Déclarations de Diego Ortega, le 6 janvier 2021. Les comparaisons sont toujours odieuses (Don Quichotte II 23).

Diego Ortega, voisin:

Comme vous le savez, il y a quelques jours, à l’occasion de l’assaut contre le Capitole américain, la droite espagnole a timidement déclaré la condamnation des événements et mis au point une stratégie visant l’équidistance, y compris votre parti, le Populaire, établissant des parallèles dans notre pays avec ce qui s’est passé. Là. Et vous, docilement, faites ressortir à nouveau la grande honte de la ville d’Alcazar, dont vous avez joué le rôle de maire, sans aucun doute en sortant les pieds du pot.

Vous savez aussi qu’à Alcazar, en 2014, il n’y a pas eu d’agression ni de violence. Il n’y a pas de plainte ni d’expulsion. C’était une action citoyenne pacifique, défendant ce qui appartenait au peuple et voulant montrer notre désaccord avec votre fermeture.

Vous savez que ce que reflètent les photographies d’Alcazar était une protestation contre la vente de notre société municipale, Aguas, et la privatisation d’un droit de l’homme, comme l’eau.
La seule force brute qui existait était celle utilisée quelques jours plus tard par la police anti-émeute que vous avez appelée.

Que vous ayez honte de comparer vos voisins, que vous connaissez bien, avec «les troupes» qui ont pris d’assaut le Capitole. Regardez attentivement les images et réfléchissez.
Nous savons que vous n’allez pas rectifier, comme vous le faites depuis six ans, vous continuez à justifier le stratagème comptable que vous avez utilisé, contre l’avis des commissaires aux comptes, pour forcer la privatisation d’Aguas de Alcázar.

Enfin, nous vous rappelons que la privatisation d’Agua de Alcázar était illégale, comme le montre la phrase.

Voisin, bonjour, santé et eau publique.

Rubriques connexes