Accueil News International L’héritier de Samsung ne fera pas appel de sa peine de prison

L’héritier de Samsung ne fera pas appel de sa peine de prison

L’héritier de Samsung Lee Jae-yong, qui est en fait le patron de la société, ne fera pas appel de la peine de deux ans et demi de prison pour corruption prononcée par la justice, a annoncé lundi son avocat, privant le géant sud-coréen. de son principal responsable.

Lee Jae-yong, qui est officiellement le vice-président de Samsung Electronics, le premier fabricant mondial de smartphones et de cartes mémoire, a été reconnu coupable de corruption et de détournement de fonds dans le scandale très médiatisé qui a précipité l’éviction et l’emprisonnement de l’ancien président en 2017. Parc sud-coréen Geun-hye.

Après un long processus judiciaire que Samsung, le petit-fils du fondateur du groupe a été condamné la semaine dernière à deux ans et demi de prison par le tribunal central du district de Séoul.

La décision de ne pas faire appel de la condamnation pourrait signifier que le géant de la technologie veut tourner la page sur ce scandale qui a terni son image.

Compte tenu du fait qu’il a passé près d’un an derrière les barreaux, Lee pourrait aspirer à une libération conditionnelle à partir de septembre, à condition que le parquet ne fasse pas appel de la peine, qui prendra fin en juillet 2022, pour exiger une peine plus longue.

“Le vice-président Lee accepte humblement la décision et a décidé de ne pas faire appel”, a annoncé l’avocat Lee In-jae dans un communiqué.

Le patron de 52 ans a été emprisonné pour la première fois en 2017. Il a été libéré l’année suivante lorsqu’un procès en appel l’a renvoyé de la plupart des crimes et l’a condamné à des peines avec sursis. Mais la Cour suprême a par la suite ordonné un nouveau procès.

Samsung est de loin le plus grand des «chaebols», les empires industriels familiaux qui dominent la 12e économie mondiale. Son chiffre d’affaires mondial représente un cinquième du PIB sud-coréen et est donc essentiel pour l’économie du pays.

Le groupe aurait donné des millions de dollars à Choi Soon-sil, le confident de l’ombre du président de l’époque.

Il s’agissait de pots-de-vin qui, selon l’acte d’accusation, visaient à faciliter le transfert de pouvoir au chef du conglomérat après que le père de Lee, Lee Kun-hee, l’architecte du décollage du groupe, ait été alité à la suite d’une crise cardiaque. souffert en 2014.

La Cour suprême a confirmé la peine du président Park à 20 ans de prison à la mi-janvier.

sh-slb / jac / euh / af / yow