L’Iran a condamné mardi «fermement» la décision du gouvernement du président sortant américain Donald Trump de remettre Cuba sur sa liste noire des «États qui soutiennent le terrorisme».

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a annoncé lundi que son ministère avait déclaré “Cuba État sponsor du terrorisme pour avoir soutenu à plusieurs reprises des actes de terrorisme international et abrité des terroristes”.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Said Jatibzadeh, a qualifié cette position de “nouvelle allégation sans fondement” des Etats-Unis, et a reproché aux responsables du “régime terroriste” à Washington “leur répugnante habitude de porter de fausses accusations”.

Cuba avait été retiré en 2015 de cette liste noire américaine, qui comporte des sanctions économiques, par le prédécesseur de Trump, Barack Obama, qui considérait les efforts d’un demi-siècle des États-Unis pour isoler l’île communiste comme un échec.

Mais l’administration Trump, depuis son entrée en fonction en 2017, a radicalement inversé cette politique de rapprochement avec Cuba.

Depuis la révolution iranienne de 1979 qui a renversé le gouvernement pro-occidental de Shah Mohamad Reza Pahlavi, l’Iran et Cuba se sont soutenus diplomatiquement.

La République islamique a condamné l’embargo américain contre Cuba tandis que La Havane défend le droit de l’Iran à l’énergie nucléaire civile.

ap / mj / mdz / me / pc