Accueil News International L’ONU rejette le décret qui interdit l’avortement et l’égalité du mariage au...

L’ONU rejette le décret qui interdit l’avortement et l’égalité du mariage au Honduras

Vue générale du bâtiment du Parlement hondurien à Tegucigalpa.  EFE / Gustavo Amador / Archives Vue générale du bâtiment du Parlement hondurien à Tegucigalpa. . / Gustavo Amador / Archives

Tegucigalpa, 23 janvier . .- Le système des Nations Unies s’est joint ce samedi au rejet généralisé d’un décret de loi approuvé par le Parlement du Honduras qui interdit l’avortement et le mariage entre personnes de même sexe dans le pays et a exhorté le Le pouvoir législatif doit reconsidérer la ratification de la réforme.
Dans une déclaration, le système des Nations Unies a exprimé «sa préoccupation» au sujet de l’approbation jeudi d’un décret qui incorpore l’interdiction absolue de l’avortement à l’article 67 de la Constitution du Honduras et à l’article 112 concernant l’interdiction du mariage égal.
L’ONU a réaffirmé que la réforme constitutionnelle “contrevient aux obligations internationales en matière de droits humains, puisqu’elle empêche de s’attaquer à un problème de santé publique que la criminalisation de l’avortement sous toutes ses formes provoque déjà”.
Il a également noté que la réforme pourrait «aggraver la situation d’inégalité et de discrimination fondée sur le sexe dans le pays».
Le système des Nations Unies a exhorté le Congrès national à reconsidérer la ratification de la réforme et a réaffirmé sa disponibilité à fournir des conseils techniques «au pouvoir législatif sur la question.
<< L'existence de lois très restrictives, qui interdisent l'avortement même en cas d'inceste, de viol, de carence fœtale ou lorsque la vie ou la santé de la mère est en danger, viole le droit des femmes de ne pas être soumises à la torture ou à des maladies traitement », selon le Bureau du Rapporteur spécial sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains et dégradants.
MARIAGE D’ÉGALITÉ
L’ONU a également regretté que le décret approuvé sur l’égalité du mariage restreigne les droits des personnes en fonction de leur orientation sexuelle, de leur identité de genre ou de leur expression.
Ce qui précède, a-t-il ajouté, contrevient à l’avis consultatif 24/2017 de la Cour interaméricaine des droits de l’homme (Cour interaméricaine) et au principe de progressivité et de non-régression des droits de l’homme, touchant deux groupes traditionnellement vulnérables: les femmes et les personnes LGBTI.
“La réforme constitutionnelle approuvée est contraire à ce qui est établi à l’article 373 de la Constitution hondurienne, qui établit que la réforme de la loi fondamentale peut être décrétée avec les deux tiers de tous les membres du Congrès”, a-t-il souligné.
Il a également assuré qu’en << établissant la majorité qualifiée des trois quarts (86 des 128 députés du Parlement) pour la réforme des articles relatifs à l'avortement et à l'égalité du mariage, le champ d'application de l'article 373 est violé, ce qui les articles qui ne peuvent en aucun cas être modifiés, conformément à la Constitution de la République du Honduras ".
Le système des Nations Unies a demandé à l’Assemblée législative “d’assurer la conclusion de tout projet de loi avec les groupes directement concernés, pour garantir leur discussion dans les trois débats requis par la Constitution de la République”.
Différentes organisations honduriennes et internationales, telles qu’Oxfam, Médecins sans frontières et Human Rights Watch, ont rejeté l’approbation du décret qui interdit absolument l’avortement et le mariage homosexuel au Honduras.