Accueil News International L’UE enverra à la Russie son chef de la diplomatie, au milieu...

L’UE enverra à la Russie son chef de la diplomatie, au milieu d’un débat sur les sanctions

Le chef de la diplomatie de l’Union européenne, Josep Borrell, se rendra en Russie le mois prochain pour discuter de la prison de l’opposition Alexei Navalni, tandis que le bloc discute de la possibilité d’adopter des sanctions si la répression contre l’opposition se poursuit.

Borrell “se rendra à Moscou début février en tant que porteur d’un message clair de l’UE, et rendra compte de la situation en Russie lors de la prochaine réunion des ministres européens des Affaires étrangères, le 22 février”, a expliqué l’un des diplomates. consultés.

L’UE exige la libération immédiate de Navalni et de ses partisans détenus lors des manifestations en Russie samedi.

L’adoption des sanctions a fait l’objet de discussions lundi entre les ministres des Affaires étrangères de l’UE, mais ils jugent “prématuré” de recourir à cette option, a souligné un diplomate.

“Les sanctions sont un outil possible, mais il faut attendre de voir ce qui se passe à Moscou”, a ajouté un autre diplomate consulté.

“L’Union européenne doit envoyer un message très clair et décisif selon lequel ce n’est pas acceptable. Nous avons un régime de sanctions pour les droits de l’homme et je pense qu’il devrait être utilisé”, a déclaré le ministre lituanien des Affaires étrangères, Gabrielus Landsbergis, à son arrivée. Lundi au siège des discussions.

Samedi, Borrell avait condamné les «arrestations massives» et «l’usage disproportionné de la force» lors des manifestations en Russie appelant à la libération de Navalni.

“Les principes de l’Etat de droit doivent également être appliqués en Russie, et nous espérons que ceux qui ont manifesté pacifiquement, et à qui il n’y avait aucune raison de les arrêter, seront également libérés immédiatement”, a-t-il dit pour sa part.

De hauts responsables de l’UE réclament depuis une semaine la libération de Navalni, arrêté le 17 janvier à son retour à Moscou après avoir été soigné en Allemagne pour empoisonnement avec un agent neurotoxique.

L’UE a déjà sanctionné plusieurs responsables russes pour leur implication présumée dans la tentative d’assassinat.

Le président du Conseil européen, Charles Michel, a appelé vendredi le président russe Vladimir Poutine pour demander la libération du chef de l’opposition.

csg / ahg / mer