Accueil News International L’Union européenne a exhorté les sociétés pharmaceutiques à se conformer aux contrats...

L’Union européenne a exhorté les sociétés pharmaceutiques à se conformer aux contrats signés pour la fourniture de vaccins contre le coronavirus

Maria Rosaria Capobianchi, l'une des premières bénéficiaires du vaccin Pfizer / BioNTech COVID-19 en Italie Maria Rosaria Capobianchi, l’une des premières bénéficiaires du vaccin Pfizer / BioNTech COVID-19 en Italie

Le président du Conseil européen, Charles Michel, a appelé les laboratoires pharmaceutiques à honorer les contrats signés sur la fourniture de vaccins après un ralentissement de la livraison des doses engagées. “Nous allons faire respecter aux laboratoires pharmaceutiques les contrats qu’ils ont signés (…) en recourant à tous les moyens légaux à notre disposition”, a déclaré Michel à la radio Europe 1.

L’Américain Pfizer a annoncé la semaine dernière un ralentissement de l’offres pour mettre en œuvre des améliorations qui augmenteraient la production et le vendredi AstraZeneca a également annoncé qu’elle ne respecterait pas les montants convenus en raison d’un problème technique dans la production.

Michel n’a pas évoqué de mesures ou de réponses spécifiques, mais l’UE insistera sur la transparence sur les raisons des retards et a rappelé que lorsque Pfizer a annoncé les premiers retards, l’UE a réussi à les réduire en adoptant une position ferme.

“Nous avons donné le premier coup de poing sur la table et au final les retards de plusieurs semaines annoncés sont devenus une réduction du taux de livraison”, a-t-il déclaré.

Pendant ce temps, le Premier ministre italien Giuseppe Conte a sévèrement critiqué les fabricants de vaccins pour leur lenteur, ce qui, à son avis, est une «violation contractuelle grave qui cause d’énormes dommages en Italie et dans d’autres pays européens».

Ces retards “auront des conséquences directes sur la vie et la santé des citoyens et sur notre tissu économique et social, déjà sous une énorme pression après un an de pandémie”, a déclaré Conte dans un article publié à son sujet. de Facebook.

«Si la réduction de 60% des doses à distribuer au premier trimestre était confirmée, cela signifierait que 3,4 millions de doses seraient livrées en Italie au lieu de 8 millions», a déploré le Premier ministre, qui a déjà donné des instructions. à son ministre de la Santé, Roberto Speranza, pour examiner la possibilité de prendre des mesures juridiques contre les entreprises.

«Nous utiliserons tous les outils et toutes les initiatives juridiques, comme nous le faisons déjà avec Pfizer-BioNTech, pour revendiquer le respect des engagements contractuels et pour protéger notre communauté de toutes les manières», a averti Conte.

L’Italie est le pays avec le meilleur taux de vaccination de l’UE, avec 2,22% de la population déjà atteinte, suivie de l’Allemagne (1,9%) et de la France (1,55%). À l’échelle mondiale, il y a cinq pays devant l’Italie: Israël (39,8%), les Émirats arabes unis (24,5%), le Royaume-Uni (9,3%), Bahreïn (8,5%) et États-Unis (6,2 pour cent).

Suite aux retards annoncés par Pfizer dans les livraisons de vaccins COVID-19, une annonce similaire d’AstraZeneca vendredi a suscité l’inquiétude et la colère en Europe, qui court contre la montre alors que de nouvelles variantes plus dangereuses du coronavirus émergent.

L’UE a signé un total de six contrats avec des sociétés pharmaceutiques et est en négociation avec deux autres, pour un total de 2,5 milliards de doses potentielles.

PLUS SUR CE SUJET:

L’Académie nationale de médecine française a recommandé de ne pas parler ni d’appeler au téléphone dans les transports en commun

Israël a commencé à vacciner les adolescents contre le coronavirus

L’effet secondaire alarmant de la deuxième vague de COVID-19 au Japon