Accueil News International Norvège.- La Norvège étudie la décriminalisation de la possession et de la...

Norvège.- La Norvège étudie la décriminalisation de la possession et de la consommation de drogues “en petites quantités”

MADRID, 19 ANS (EUROPA PRESS)

Le Gouvernement norvégien étudie la possibilité de présenter un projet de loi visant à dépénaliser la possession et la consommation de drogues «en petites quantités», conformément aux recommandations des Nations Unies et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le pays envisage ainsi «d’abolir» la responsabilité pénale pour «l’usage de drogues et l’acquisition et la possession de petites quantités de drogues à usage personnel», comme indiqué dans les projets transmis au Parlement par le ministère de la Santé. Ainsi, ceux-ci continueraient d’être illégaux mais non punissables.

“La réforme des lois sur les drogues est historique en Norvège”, a indiqué le ministre de la Santé, Bent Hoie, qui a précisé que “c’est le moment de remplacer la punition par l’aide”.

Les varemos indiquent que la possession de jusqu’à deux grammes d’héroïne, deux grammes de cocaïne, deux grammes de méthamphétamine, 10 grammes de cannabis, 0,5 décilitre de GHB, un milligramme de LSD, 0,5 gramme de MDMA et 20 grammes de champignons, parmi autres.

Comme l’indique la proposition, selon la chaîne de télévision NRK, il serait possible d’être en possession de trois types de stupéfiants en même temps sans risquer d’être sanctionné tant que le montant est dans les valeurs établies.

La Norvège, ainsi que certains des pays voisins, ont les pires chiffres d’Europe en termes de mortalité due à l’usage de drogues. Au contraire, leurs systèmes de santé sont parmi les meilleurs au monde.

Selon les données gouvernementales, 66 personnes par million d’habitants adultes meurent d’un problème de santé lié à la consommation de drogues. La moyenne européenne est de 23,7 personnes pour un million d’habitants, comme l’indique le Centre européen de contrôle des drogues et des toxicomanies.

L’initiative du gouvernement norvégien impliquerait que la police confisque les drogues trouvées en la possession de toute personne, qui devrait alors se présenter à une unité consultative du gouvernement local.