Le Portugais Miguel Oliveira s’élancera en pole position dimanche au Grand Prix du Portugal, après avoir pris la première place ce samedi aux essais officiels, devant l’Italien Franco Morbidelli et l’Australien Jack Miller.

Oliveira, qui pilote pour l’équipe de France KTM-Tech3, a déjà remporté le Grand Prix de Styrie cette année et occupe actuellement la dixième place du Championnat du Monde, avant cette dernière course en terres portugaises.

C’est la première fois qu’il se lance dans une position de leader en MotoGP, une catégorie dans laquelle il court depuis deux ans.

“Chaque fois que je suis sur cette piste, je sens que je me suis amélioré et c’est bien d’avoir ma première pole ici au Portugal”, a déclaré Oliveira, 25 ans.

Les Portugais ont réalisé le meilleur temps sans supporters dans les tribunes, puisque le Grand Prix du Portugal se déroule à huis clos en raison du coronavirus.

Morbidelli (Yamaha-SRT) a pris une deuxième place prometteuse, alors qu’il occupe cette même position au Championnat du Monde, après que l’Espagnol Joan Mir, qui partira dimanche de la 20e position, a remporté le titre il y a une semaine à Valence, L’Italien est donc bien placé pour décrocher la deuxième place dimanche.

Son coéquipier, le Français Fabio Quartararo, actuellement cinquième de la Coupe du monde et se battant pour la deuxième place dans un championnat qu’il a mené pendant un moment et qui a quitté après sa chute il y a une semaine à Valence, partira au deuxième rang, en cinquième position.

– Mir, un fiasco après le titre –

“On peut faire une bonne course demain et on espère bien finir”, a déclaré le Niçois de 21 ans, qui sort d’une mauvaise série de résultats.

“C’est positif de terminer avec la cinquième fois, à Valence, j’étais complètement perdu”, a-t-il ajouté.

Ce sera la première fois que le championnat MotoGP organise une course sur le circuit de l’Algarve, une piste spectaculaire avec de nombreuses pistes, que la plupart des pilotes découvrent, mais qu’Oliveira, qui a grandi à la périphérie de Lisbonne, connaît bien.

Après le fiasco de Mir, qui a attribué sa mauvaise position à des problèmes électroniques vendredi et ce samedi, Suzuki devra avoir son autre pilote, Alex Rins, également d’Espagne, dixième des qualifications, pour tenter de décrocher le titre des constructeurs. La marque japonaise est à égalité de points avec Ducati (201).

Gagner cette catégorie permettrait à Suzuki d’atteindre le triplé, ayant déjà gagné en pilotes et en équipes.

Yamaha, qui a été pénalisé de 50 points pour avoir modifié ses moteurs en début de saison, vise toujours le titre, mais doit revenir 13 points derrière.

Le Grand Prix du Portugal sera l’adieu de plusieurs pilotes. Cal Crutchlow deviendra le pilote d’essai de Yamaha l’année prochaine et Andrea Dovizioso a annoncé qu’il prendrait un congé sabbatique, mais avec 34 ressorts, ses options pour revenir au plus haut niveau ne sont pas grandes.

Le sextuple champion du monde Valentino Rossi, le plus âgé des pilotes MotoGP à 41 ans, quittera l’équipe d’usine Yamaha et rejoindra le satellite Yamaha-SRT. Fabio Quartararo achèvera le chemin inverse.

– Combat rapproché en Moto2 et Moto3 –

Rossi n’était que 17e ce samedi et 15e de la Coupe du monde, après avoir raté deux tests pour avoir été testé positif au covid-19.

Sur les quatre prétendants au titre Moto2, le vainqueur du jour est Luca Marini, le seul à partir de la première ligne de la grille après avoir signé le deuxième meilleur temps, derrière l’Australien Remy Gardner.

En Moto3, sur les trois prétendants au titre mondial, deux partiront de la deuxième ligne: l’Espagnol Albert Arenas, leader du championnat, et le Japonais Ai Ogura (5e et 6e meilleur temps).

De son côté, l’Italien Tony Arbolino, vainqueur du dernier GP de Valence, n’a réalisé que le 27e meilleur temps d’une qualification dans laquelle le plus rapide était l’Espagnol Raúl Fernández, qui partira de la première position.

jld / psr / pm / mcd